Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 janvier 2012 2 31 /01 /janvier /2012 15:03

Nous avons connu un président "bling-bling".

Ce fut certainement une erreur de casting.

Pourtant, cela a continué...

 

Aujourd'hui, il reçoit quelques 600 parlementaires de l'UMP. Coût pour les contribuables ? Allez, de grâce ne chipotons pas : minimum quelques 500.000 euros. Coquette somme prise, non sur le budget du candidat car il n'est toujours pas candidat, mais sur celui de locataire de l'Elysée. Extraoridinaire ! Entre-temps, ce VRP de la rue du Faubourg Saint-Honoré voyage et il ne reçoit uniquement que dans le cadre de ses hautes fonctions... Enfin qui, sinon quelques mauvaises langues, oserait imaginer autre chose ?

 

Pourtant, les faits sont là. Hier, c'était dans Le Canard enchaîné du 10 novembre 2010. notre président eut une toquade pour un nouvel avion présidentiel : "Montant de l'achat : 176 millions d'euros, dont 91,5 millions pour l'aménagement et la déco de la cabine. Et 25 millions pour doter « Air Sarko One » d'un dispositif d'écoutes et de brouillages... D'après le parlementaire, l'entretien du coucou coûterait 49 millions d'euros par an pendant les trois premières années. Et 10 millions les suivantes pour 700 heures de vol. L'Airbus présidentiel précédent coûtait annuellement 4,1 millions pour 1 400 heures de vol..."

D'ailleurs, dans The Guardian (cité parLe Courrier International du 18 août 2011) :"La décision de Nicolas Sarkozy d'installer deux fours - des vrais, pas des micro-ondes - à 75 000 euros dans son nouvel avion présidentiel est pour le moins étonnante. Quelle mouche l'a donc piqué ? Jamais les avions ne sont équipés de fours. Même les milliardaires se sont faits à l'idée que, à bord de leur jet privé, ils devaient se contenter de plats froids ou réchauffés au micro-ondes."

 

Je sais, je suis d'une mesquinerie à faire criser mon banquier. Parlons donc du Pavillon de la Lanterne à Versailles "que Sarko avait piqué à Fillon au moment de son élection, est désormais presque toujours dé­sert, Caria ne s'y plaisant guère ; il coûte néanmoins à l'Etat 1 100 000 euros par an (« VSD », 14/10)." (Le Canard enchaîné du 20 octobre 2010).

 

Voici donc trois exemples qui donnent la mesure. Ils en disent longs sur le mode d'emploi utilisé par celui qui préside aux destinées de la cinquième puissance du monde. Trois exemples qui ne semblent pas révulser outre-mesure les chômeurs et les salariés en sursis, ainsi que tous les retraités rabotés dans leur revenu. Alors qui, en mai, nous rasera gratis ? Sarkozy c'est franchement pas terrible... Hollande sera-t-il mieux, même si certains l'affirment contraire ? Et toute cette cohorte de candidats secondaires qui, à l'exemple de roquets derrière une grille s'égosillant sans risque, nous lanternent par de faux espoirs démocratiques...

 

Non, Ami lecteur, il ne reste évidement que une seule et radicale solution apte à enrayer ces pratiques malfaisantes et profondément injustes. Elle s'appelle : un grand chambardement révolutionnaire et libertaire ! A ne pas vouloir le tenter, je reste persuadé que, pour longtemps, c'est se condamner au maintien de l'exploitation et de la servitude volontaires. La situation exige bien autre chose que cette acte de mollesse médiatisé caractérisée par le mouvement des indignés.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

  • : A Rebrousse-poil
  • A Rebrousse-poil
  • : Analyse de l'actualité politique, philosophique et artistique.
  • Contact