Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 août 2014 3 27 /08 /août /2014 16:47

 

Unilatéralement, Overblog a décidé l'insertion de publicités sur les blogs gratuits.

 

Désapprouvant cette méthode, contraire aux engagements premiers de notre hébergeur, nous cessons d'alimenter ce blog.

 

Nous vous invitons à nous rejoindre sur le nouveau site :

http://arebroussepoil.com/

 

Merci mes ami-e-s pour votre fidélité. A Rebrousse-poil ne disparaît pas, il change d'immeuble !

Repost 0
31 juillet 2014 4 31 /07 /juillet /2014 07:53

 

Après notre précédent billet d'humeur sur ces sinistres événements palestiniens, je ne saurais trop vous recommander cet article paru dans le blog de Floréal.

 

La complexité des situations n'est certainement pas celle que l'on nous relate, ici ou là, dans les médias ou dans les prises de positions partisanes des uns ou des autres. C'est tout de même réconfortant de savoir qu'il existe d'autres options et d'autres combats.

 

A nous de les faire connaître davantage !

 

Repost 0
21 juillet 2014 1 21 /07 /juillet /2014 18:14

Un conflit redoutable dans cette Palestine qui reste, depuis des millénaires, un véritable champ clos ratissé par des armées venues de plusieurs continents, une terre carrefour pour une colonisation établie par la force dans laquelle se sont greffées d'innombrables peuplades.

 

Ce qui arrive aujourd'hui n'est jamais qu'un énième conflit de partitions. Il s'y mêle l'influence de diverses religions, des nationalismes exacerbés auxquels s'ajoutent le rôle suspect des grandes puissances mondiales. Même pris par n'importe quel bout, ce conflit n'est jamais que le reflet d'une réalité d'un monde – le nôtre - complètement absurde. Reflet des méfaits des structures étatiques et capitalistiques qui développent des oppositions et des tensions permanentes et leurs corollaires : des guerres.

 

Les bonnes âmes, la main sur le cœur, nous diront que ce conflit est honteux, scandaleux, abominable, horrifiant, etc., etc. Bien sûr, bien sûr qu'ils ont raison. Mais pourquoi donc s'arrêter en si bon chemin ? Manifester son indignation, soutenir telle ou telle cause - laquelle est la plus juste : palestinienne ou israélienne ? - tout ceci semble bien secondaire. Cette attitude dévoie du vrai combat qui vaille la peine : le combat révolutionnaire, c'est-à-dire celui qui s'attaque à toutes les forces opprimant l'humanité : les Etats, le système d'exploitation économique et les religions.

 

Appeler à leur subversion est sans doute le vrai moyen pour libérer les populations de toutes leurs chaînes. Le vrai moyen pour aider les populations qui souffrent. Tout le reste n'est que sentimentalité bienveillante.

Gaza et cetera…
Repost 0
6 juin 2014 5 06 /06 /juin /2014 16:13
Mondial de foot : Renvoyons la balle !
Repost 0
26 mai 2014 1 26 /05 /mai /2014 08:38

 

Avec un taux de non participation de 57 % dans toute l'Europe, cela place le "parti" des abstentionnistes largement majoritaire.

 

En France, si l'on ramène les scores à l'ensemble du corps électoral, c'est-à-dire à la vraie réalité, les 25,1% du FN deviennent 10,1%, l'UMP 8,4 et le PS 5,6, l'UDI 4, les Verts 3,6 et le Front de Gauche 2,6%. Je vous fais grâce des autres listes... Le rejet de la classe politique reste patent. Pourtant, cette dernière et les analystes politiques se gardent bien de présenter ainsi les choses.

 

Toutefois et malheureusemant, ce constat n'empêchera pas les gouvernements et les hauts dignitaires européens à continuer leur triste besogne malgré cette large majorité des populations qui refusent leur dynamique...

Européennes
Repost 0
24 mars 2014 1 24 /03 /mars /2014 08:50

Premier tour : 39 % d'abstentions, du jamais vu ! 39 % qui confirme le désintérêt, la lassitude ou le refus de voter pour de personnages qui n'appartiennent pas au même monde.

 

Si l'on peut se réjouir de cette claque accordée à tous ces politiques, même ceux qui sont élus au premier tour (n'oublions pas que leur élection ou réélection s'appuie sur une base de calcul d'environ 60 % de votants, ce qui  fait que leur score réel ne dépasse pas au mieux les 30% du corps électoral), cela ne les empêche pas de poursuivre leur langue de bois, ce que l'on désigne savamment aujourd'hui les éléments de langage.

 

Nous sommes dans un monde très sinistre et - disons-le également – très sinistré. C'est sans doute le plus fort enseignement que l'on peut tirer de ce taux d'abstention. Faisons un rêve : que ces abstentionnistes se structurent afin de remettre en cause, révolutionnairement parlant, ce système à l'agonie très lente.

 

Tout de même, ne désespérons pas car de petites lueurs d'espoir apparaissent ici ou là. Tenez : un ami vient de m'annoncer cette bonne nouvelle : "A Tarnac en Corrèze, la mairie est passée entre les mains de la communauté libertaire à 60% des voix".

 

Alors, tout n'est pas perdu !..

Repost 0
20 mars 2014 4 20 /03 /mars /2014 10:32

Les citoyens parfaitement formatés, les citoyens encartés nous disent :

le 23 mars il faut voter ! Est-ce si simple ?

 

Les vertus démocratiques on connaît. La ritournelle du moins pire des systèmes, c'est du rebattu. Malgré tous les bons arguments militant pour nous faire passer pour des citoyens responsables, un nombre croissant des électeurs ne croit plus du tout à ce système. Peut importe à qui attribuer la faute : à ce système qui rabote en permanence tous les acquis démocratiques ou à ses représentants en perte permanente de crédibilité mais qui vivent bien sur le dos de la bête. C'est une réalité et c'est sans doute pour cela qu'un nombre croissant de nos concitoyens ne veut plus participer à ce jeu de dupes. Même parmi ceux qui s'y prêtent, certains d'entre-eux restent pour le moins très circonspect sur l'efficacité de leur bulletin de vote. Alors posons-nous clairement la question : vote ou pas vote ?

 

L'incohérence du système participe grandement à ce trouble. Entre le rôle des "pigeons", ce patronat curieusement rebelle, celui des "bonnets rouges", ramassis d'une rancoeur protéiforme, et le rôle de ce grand patronat compradore qui adore la défiscalisation, entre ces politiciens de tous bords qui jouent le jeu de ceux-ci et « nos » représentants aux instances européennes et internationales qui ne valent guère mieux, il est difficile d'espérer de nos élus un changement profond des structures dans lesquelles ils ont pris place et qui ne semblent guère leur déplaire. Mais restons terre-à-terre.

 

Dans l'actuelle campagne municipale du premier tour, toutes les listes se présentant dans les villes moyennes ou importantes y vont de leurs promesses. A moins d'avoir la foi du charbonnier, nul n'ignore que beaucoup d'entre-elles ne seront jamais tenues. Pire ! dans certains cas, au hasard de propos tenus en réunion publique, quelquefois de nouvelles propositions sont émises par la tête de liste au grand dam de ses colistiers découvrant de nouveaux éléments de flatterie et n'ayant jamais fait l'objet d'une discussion programmatique. Comment voter et croire crédible ses discours de préaux d'école ? Imaginez, lors des mariages de second tour, ce qu'il restera dans le libellé des contrats de mariage entre des listes encore opposées quelques instant avant les résultats du premier tour ? Il faut donc disposer d'une foi chevillée au corps pour continuer à espérer un changement par les urnes.

 

Il ne reste donc plus que l'abstention ou le vote blanc. A l'issue du scrutin, l'abstention est donnée en pourcentage et vite rangée dans le magasin aux accessoires par les analystes et encore plus par les politiques de tous poils. Normal, c'est leur mauvaise conscience... On entend gémir les salles de rédaction ainsi que les politiciens interviewés et puis on passe très rapidement aux affaires "sérieuses", c'est-à-dire aux causes de la victoire ou de la défaite et aux nouveaux lendemains. Les abstentionnistes deviennent très rapidement les oubliés de l'histoire.

 

Le vote blanc, quant à lui, est complètement mis à la trappe. C'est extraordinaire : personne ne le comptabilise, il n'existe pas. Pourtant, ces électeurs se sont déplacés pour remplir "leur devoir". Sans doute ont-ils voulu témoigner de leur participation, sans doute par respect pour ce suffrage universel issu de la Grande Révolution ? Par ce choix délibéré, ils n'ont pas cherché l'esquive mais exprimer simplement et à leur manière ce refus de choisir ce qu'il leur est présenté et qui ne leur convient pas. Ce vote n'est donc ni anodin ni banal. Il nous semble tout à fait légitime que lors de la proclamation des résultats, ce vote soit pris en compte au même titre que tout suffrage valablement exprimé. Mais, mon petit doigt remue et m'indique que cela ne sied guère aux politiques. Quelle vexation !

 

Alors que faire ? Voter ? S'abstenir ou voter blanc ? Pour moi, le choix est clair. Parmi les trois options et dans le cadre de la société actuelle, les deux dernières ont ma préférence. Pour ceux qui comme moi les revendiquent elles traduisent un acte politique, elles expriment une rupture avec un système politico-économique dans lequel l'individu reste un otage, en sursis permanent dans les mailles du filet. Nous avons conscience qu'avec ces deux possibilités d'agir nous touchons là à un sujet tabou, au même titre que celui de la révocabilité permanente des élus.

 

Repost 0
10 mars 2014 1 10 /03 /mars /2014 14:26

C'est avec plaisir que nous vous invitons à découvrir ou lire, tout simplement, ce numéro du mois de mars. Ce n'est pas un hasard si il s'intitule le journal de la joie de vivre.

 

Bien entendu, les zombis c'est eux...

La décroissance : c'est maintenant...
Repost 0
9 mars 2014 7 09 /03 /mars /2014 18:27

 

Le chômage continue sa progression, étonnant, non ? Des menaces pèsent sur le statut des intermittents du spectacle, surprenant, non ?

 

La politique de l'autruche des politiques alliée à la politique du patronat semblent faire très bon ménage alors que ce monde continue sa descente inexorable aux enfers... On ne peut même pas dire "Youpi !" car cette situation générale délétère ne génère aucun germe indiquant la naissance d'une situation pré-révolutionnaire.

 

La débrouille et la bidouille, le chacun pour soi, l'enfermement et la régression semblent être les vrais paramètres utilisés ou subis par tout le corps social, en particulier par la masse de nos concitoyens la plus touchée par ce système de plus en plus fou.

 

Alors oui, travailleurs intermittents du spectacle vous avez cent fois raison de réagir ! Si seulement cela pouvait entraîner une généralisation des luttes, une coordination de celles-ci permettant enfin la remise en cause complète d'un système capitaliste et étatique de plus en plus extrême et violent dans son mode de fonctionnement.

 

 

 

Quand tout va mal
Repost 0
27 février 2014 4 27 /02 /février /2014 17:03

Toujours plus nombreux, les contestataires de l'Ayraultport n'entendent pas en rester là. Qui en douterait ?

Lundi dernier, une lettre ouverte a été envoyée au préfet du département. A défaut d'être entendue, au moins sera-t-elle lue, déjà par vous fidèles lecteurs et lectrices du blog ?

 

"Lettre ouverte du mouvement armé au préfet de Loire-Atlantique,

M. Christian de Lavernée

Sur la zad, le lundi 24 février 2014

Cher Christian,

Vous avez déclaré hier, « L’opposition institutionnelle à l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes doit cesser d’être la vitrine légale d’un mouvement armé ». Il nous serait facile de vous reprocher, M. Le Préfet, de vouloir à votre tour briser des vitrines. Mais après la manifestation de samedi, autant l’avouer tout net et cesser enfin de nous cacher : nous sommes bel et bien un mouvement armé.

Nous sommes un mouvement armé de bon sens remuant et d’idées explosives, de palettes et de vis, de pierres parfois - même s’il y a ici plus de boue et de prairies, de carottes et de poireaux, d’humour et de tracteurs, d’objets hétéroclites prêts à former spontanément des barricades et d’un peu d’essence au cas où, d’aiguilles à coudre et de pieds de biche, de courage et de tendresse, de vélos et caravanes, de fermes et cabanes, de masques à gaz ou pas, de pansements pour nos blessés, de cantines collectives et chansons endiablées, de livres, tracts et journaux, d’éoliennes et de radios pirates, de radeaux et rateaux, de binettes, marteaux, pelles et pioches, de liens indestructibles et d’amitiés féroces, de ruses et de boucliers, d’arcs et de flêches pour faire plaisir à Monsieur Auxiette, de salamandres et tritons géants, de bottes et impers, de bombes de peinture et de lances à purin, de baudriers et de cordes, de grappins et de gratins, et d’un nombre toujours plus important de personnes qui ne vous laisseront pas détruire la zad.
Vous ne nous ferez pas rendre ces armes.

Et vous, M. Le préfet, quand cesserez vous d’être la vitrine légale d’un mouvement armé ?

Sincèrement,

Les Black Ploucs"

 

Nouvelles de Nantes
Repost 0

  • : A Rebrousse-poil
  • A Rebrousse-poil
  • : Analyse de l'actualité politique, philosophique et artistique.
  • Contact