Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 août 2011 4 18 /08 /août /2011 07:00

Ces affiches remplacent bien un long discours

 

No_visita_papa_2011.jpg

Saluons le courage des manifestants laïques dans ce face à face avec la coalition Etat espagnol-Eglise romaine.

 

No-visita-2-Papa-2011.jpg

Repost 0
4 mai 2011 3 04 /05 /mai /2011 14:36

 

Et plus vite que ça: illico! Ainsi donc voici Popol II pompeusement promu bienheureux devant des millions de fans avides de spectacle vaticancanesque. Mais celui auquel  les télévisions serviles n'ont pas eu accès c'est l'accueil en chanson qui lui fut réservé par les saints et les anges en choeurs glorieux chantant les louanges de l'impétrant sur l'air du Je vous salue, Marie de Georges Brassens. Sous le déguisement de Soeur Sourire, le rapporteur clandestin des instances athéistes de tout acabit a assisté à la cérémonie officielle d'accueil au Paradis du nouveau promu et en a rapporté à votre intention le

 

JP-II.jpg

 

CANTIQUE DE BIENVENUE A JEAN-PAUL II CHEZ LES BIENHEUREUX

 

Par ton dieu inventé pour endormir les foules,

L'unique, le seul vrai (on a cassé le moule!),

Par tous les convertis qui n'auront d'autre choix

Que la mort ou ton Dieu, la potence ou la Croix,

Par les païens occis au nom du Christ Roi,

    JE TE SALUE, POPOL !

 

Par les crimes sans nom des joyeux philanthropes

De l'Inquisition, par les bûchers d'Europe

Par les charniers d'Afrique et les gentils colons

Par les canons bénis au nom du Droit Canon

Semant chrétiennement les morts par millions,

    JE TE SALUE, POPOL !

 

Par les Croisés sanglants, trucideurs d'infidèles,

Convertisseurs nantis de mission mortelle,

Baptisant à grande eau et tuant à grand sang

Tout ce qui ne veut pas des Dix Commandements

-( "Tu ne tueras point", c'est bon pour les manants !),

    JE TE SALUE, POPOL

 

Par les peaux d'Irlandais au nom de Dieu crevées,

Par leurs tripes au vent  joyeusement semées,

Par l'Arabe vaincu, par les naïfs tondus,

Par le Juif pourchassé, par les Nègres vendus,

Par l'incroyant grillé, par les Indiens pendus,

   JE TE SALUE, POPOL

 

Par les joyeux bûchers rôtisseurs de sorcières,

Par les nonnes sans sexe et les moines austères,

Par tes curés châtrés, par ton Grand Cardinal

Qui s'en alla mourir dans le lit peut banal

De sa prostituée (maudit soit l'animal !),

    JE TE SALUE, POPOL

 

Par le curé d'Uruffe, éventreur assassin

De la fille engrossée saintement par ses soins,

Par son foetus largué par ce prêtre aux ordures

Mais foetus baptisé de sang et de sciure,

Par le ciel accueillant cette âme née impure,

    JE TE SALUE, POPOL

 

Par l'amour méprisé, l'amour-honte, amour sale,

Par le péché de chair de la sainte morale,

Par tes confessionnaux culpabilisateurs,

Par les péchés d'enfants éduqués dans la peur

De l'éternel Enfer, de l'éternel malheur,

    JE TE SALUE, POPOL

 

Par l'enfant baptisé qui rougit de son corps,

L'adolescent frustré qui se masturbe à mort,

Par la femme machine à procréer sans trêve,

Par la répression du plaisir et du rêve,

La malédiction qui frappe les filles d'Eve,

   JE TE SALUE, POPOL !

 

Par le marbre de tes immeubles par milliers,

Par tes comptes en banque et tes sociétés,

Par tes ordinateurs recenseurs de collectes,

Banque du Saint-Esprit que personne n'inspecte,

Actions, obligations que nul impôt n'affecte,

    JE TE SALUE, POPOL !

 

Par tes prédécesseurs aux mille et un scandales,

Par les pieds de Jésus qui marchait sans sandales

Tandis que son Vicaire, à la bonne franquette,

Va changeant de Boeing comme nous de chaussettes

Et malgré les boutons qu'il trouve dans ses quêtes,

    JE TE SALUE, POPOL

 

Par le dogme qui veut que tu fus infaillible,

Comme l'autre disant, ridicule et terrible,

Que la terre n'est pas ronde et qu'il faut brûler

L'imposteur Galilée, hérétique endiablé !

Et pourtant elle tourne : on dut s'y résigner.

    JE TE SALUE, POPOL

 

Par ton sens du spectacle au niveau planétaire

Promouvant le pardon - à fins publicitaires -

De ton agresseur fou, mais sous protection

De tes gardes du corps, sainte précaution,

Devant les caméras des télévisions,

    JE TE SALUE, POPOL !

 

(Pour copie conforme: Narcisse Praz,

grand reporter  au paradis des fous de Dieu sous le déguisement de Soeur Sourire)

Repost 0
1 avril 2011 5 01 /04 /avril /2011 17:50

 

Manifeste des Associations et Organisations laïques

"LAÏCITE : PAS DE FAUX DEBATS,

RIEN QUE LA LOI

 

Les faux débats lancés sur l’Islam et la Laïcité sont lourds de menaces dès lors qu’ils instrumentalisent des peurs et stigmatisent des citoyens.

Il n’y a pas de débat à ouvrir sur l’Islam ou sur d’autres religions.La République n’a pas à juger du contenu des croyances. L’Etat a mission de faire appliquer la loi de Séparation des Eglises et de l’Etat, le principe d’égalité des droits, et non d’encourager le communautarisme.

Les manquements graves aux principes de Laïcité, à l’origine des atteintes à la citoyenneté républicaine, sont la conséquence des compromissions, des transgressions qui se sont succédées depuis de longues années, et des atteintes aux droits économiques et sociaux.Les partis républicains doivent prendre leurs responsabilités.

Il n’y a pas de faux débats à ouvrir sur la Laïcité, mais à faire appliquer la loi de 1905, toute la loi de 1905, rien que la loi de 1905.

Paris, le 31 mars 2011"

Arab Women's Solidarity Association France
Association EGALE
Association Laïcité-Liberté
Association Le Chevalier de la Barre
Association Libres MarianneS
Association des Libres Penseurs de France
Centre d'Action Européenne Démocratique et Laïque
Comité Laïcité République
Comité Valmy
Conseil National des Associations FAmiliales Laïques
Fédération française de l'Ordre Mixte International « Le Droit Humain »
Fédération Nationale de la Libre Pensée
Grand Orient de France
Grande Loge Féminine de France
Grande Loge Féminine de Memphis Misraïm
Grande Loge Mixte de France
Grande Loge Mixte Universelle
Les Comités 1905
Ligue des Droits de l’Homme
Ligue Internationale Contre le Racisme et l'Antisémitisme

Loge Nationale Française
Observatoire International de la Laïcité Contre les Dérives Communautaires
Regards de Femmes
Solidarité Laïque
SOS Racisme
Union des FAmilles Laïques

 

Sous la voûte étoilée*, le Grand Architecte Laïque ne brille pas par sa pertinence. En effet, nous aurions pu penser que le manifeste ci-dessus, signé par vingt-six organisations soit plus inspiré. Sa brieveté et son contenu n'ont pas de quoi mobiliser le peuple français qui se moque, comme de l'an quarante, de ce pseudo débat : Laïcité-Islam initié en Sarkoland.


Dessin-Canard-En.-2.jpgEnfoncer des portes ouvertes, telle semble avoir été la gymnastique douce de toutes ces associations et organisations laïques. Les jésuites auraient-ils commencer leur infiltration dans celles-ci ? Pourquoi ne pas avoir nommer les instigateurs de ce faux débat, à savoir la majorité présidentielle ? Pour moi, un chat s'appelle bien évidemment un chat... L'UMP – nommons-la puisqu'il s'agit d'elle - a le droit comme tout à chacun de mener les débats qu'elle souhaite. Mais diantre, pourquoi dans ce manifeste amalgamer ces instigateurs politiques, libres de parler de ce qu'ils veulent, avec les objectifs supérieurs d'une République qui, depuis la loi de 1905, a défini son périmètre laïque ?


Maniant gentillesse et complaisance, ces organisations signataires demandent quand même aux "partis républicains de prendre leurs responsabilités". Ces partis pourront toujours jurer de leur fidélité et de leur respect au sacro-saint Etat laïque mais ce que le communiqué ignore – discrétion jésuitique oblige -, ce sont leurs élus de terrain qui, eux, continuent à adopter certaines mesures anti-laïques au nom d'une réalité de terrain.


En prenant le plus petit dénominateur commun, toutes ces organisations n'ont pris aucun risque, c'est dire combien ce communiqué tombera rapidement dans les oubliettes de l'histoire laïque de notre pays.

 

* Information reprise dans le blog Sous la voûte étoilée.

Repost 0
24 mars 2011 4 24 /03 /mars /2011 09:41

 

Les périodes de confusion des idées sont souvent synonymes de montée des périls.
La nôtre n'échappe pas à ce constat qui voit les principes fondateurs de la République
et de la Démocratie détournés et même désormais ouvertement combattus jusque
dans les enceintes internationales.


Les principes de liberté de conscience, l'égalité des droits entre tous, de solidarité, de
laïcité sont l'objet de contestations organisées, de manipulations.


Il en est de même de la Raison, clé de l'émancipation des hommes, du Progrès.
La Science elle-même se voit ravalée au rang de « croyance» parmi d'autres. De fait,
une nouvelle bataille des Lumières est engagée au niveau mondial dont l'enjeu est
tout simplement la poursuite de la marche de l'Humanité vers son émancipation
progressive.


Notre mission de citoyens, attachés à ces valeurs universelles des Lumières, n'est pas
d'imposer une vérité mais de lever les confusions porteuses d'obscurantisme.
Telle est l'ambition du Comité Laïcité République en organisant le colloque « Science,
raison et laïcité» le samedi 7 mai prochain à l'Assemblée Nationale, sous la
présidence du Professeur Jean-Pierre CHANGEUX, Professeur honoraire au Collège de
France et dont vous trouverez ci-joint le programme.


Si ces sujets vous intéressent, vous êtes le bienvenu pour partager ces réflexions.
Merci de vous inscrire à l'adresse électronique: clrcolloque@aol.comrapidement et de
nous indiquer les personnes que vous aimeriez voir associées à cette journée.


Patrick KESSEL

Repost 0
20 mars 2011 7 20 /03 /mars /2011 09:57

 

Ce matin, samedi 19 mars 2011, il pleut sur le Valais.

J'en profite pour aller faire mes achats. Mauvaise inspiration: tout est fermé, commerces, artisans, usines. Je m'informe. On me répond : "C'est la Saint-Joseph. Tout est fermé dans tout le canton du Valais". Ah bon ? Joseph ? C'est qui déjà, celui-là? Les souvenirs remontent : dans certains villages du Valais on appelle les saint-josephs les fleurs jaunes du tussilage parce qu'elles s''épanouissent à pareille époque et, qui plus est, ont donné leur couleur jaune au drapeau des cocus !

Et tout devient soudain évident : mais oui, bien sûr, saint Joseph patrons des cocus !

 

Caricadoc-Dieu-007.jpgMon esprit tortu s'égare : mais pourquoi diable (pardon, Belzébuth! ) l'Eglise catholique a-t-elle fixé au 19 mars la fête de celui dont elle a fait le père nourricier de Jésus ? Je me livre à un premier calcul : l'avant-veille de l'avènement du printemps ? Bernique. Il doit y avoir autre chose. Quelque chose de plus mystique. Et soudain le Saint-Esprit m'apparaît juché sur mon ordinateur. Sous la forme d'une colombe ? Nenni ! Sous la forme d'un corbeau. Forcément, tiens, face à un mécréant... Et que m'apprend-il en son langage croassant ? Que les Pères de l'Eglise ont longuement planché sur le problème et qu'ils ont décidé, en conclave et en concile, que la date idéale pour la célébration des mérites du père nourricier - et rien que nourricier ! - de Jésus devait se situer quelques jours avant le 25 mars, date limite des ovulations de la Sainte Vierge. Car ils le savaient, déjà de ce temps-là, que la gestation reproductrice humaine dure neuf mois ! Gros malins. Ils ont sorti leur calculette et, après âpres discussions, ils ont décidé de laisser ses chances au Saint-Esprit au moins pendant une semaine afin de ne pas rater la période la plus propice d'ovulation de la Sainte Vierge pour accomplir son oeuvre de mystiques copulations. Et tout s'éclaira dans mon esprit rétif : pendant cette semaine-là, le Saint-Esprit avait tout loisir de travailler sexuellement  - mais en tout bien tout honneur ! - la future mère du Sauveur de l'humanité. C'est donc par pure charité chrétienne et pour exprimer, en quelque sorte, des excuses au patron des cocus, que les Pères de l'Eglise ont eu la délicatesse de faire coïncider le temps de la sainte résignation et du saint renoncement de Joseph avec la célébration des saintes ovulations de sa volage épouse.

 

Voilà pourquoi, mes bien chers frères catholiques, chaque année, entre le 19 et le 25 mars vous aurez de nombreuses pensées compatissantes pour ce pauvre Joseph qui, dans son atelier de charpentier, interrompt de temps en temps ses coups de marteau pour écouter ceux qui résonnent dans la chambre d'à côté, chacun d'eux y provoquant force orgasmes et gémissements de plaisir et de jubilation. Houahou ! Marie au  septième ciel ! Cocu mais content. Parce que dans neuf mois ce sera enfin Noël ! Et à Noël il va recevoir un sacré cadeau !

 

Mais à propos, maintenant qu'existe le recours à l'ADN pour déterminer les chances infaillibles de toute filiation, l'Eglise a la possibilité de conforter son dogme de l'essence divine de son fils de Dieu. A-t-elle songé à prélever l'ADN du Saint-Esprit ? Voilà qui serait la preuve absolue qu'elle détient La Vérité ! Mais on ne peut pas trop exiger d'elle : déjà le fait  qu'elle ait déterminé la période d'ovulation de la Sainte Vierge, n'est-ce pas une preuve en soi de l'infaillibilité des papes ? C.Q.F.D.

Repost 0
27 février 2011 7 27 /02 /février /2011 13:56

 

Youpi !

 

Ami blogueur, est-ce bien nécessaire de vous convaincre : l a religion - toutes sans exception - reste une véritable injure à la liberté de penser, celle-ci ne pouvant être que entière et sans présupposé d'aucune sorte ?

Dans cette très partielle, succincte et combien immédiate revue de presse, comment ne pas en être convaincue... Plein phare donc sur deux média qui - rassurez-vous - ne nous ont pas soudoyé pour diffuser leur info ! 


Au nom de la laïcité Arlette Grosskost (UMP)

veut étendre le concordat alsacien-mosellan à toute la France

 

Posté par Novopress, le 20 février 2011


Grosskost.jpgMULHOUSE (NOVOPress Alsace) : Arlette Grosskost, député UMP du Haut-Rhin, avait contribué activement à la loi contre le port de la burqa. Mais elle avait aussi laissé entendre à plusieurs reprises qu’elle était favorable à l’extension du concordat alsacien-mosellan à l’islam.
Elle est encore plus claire ce matin dans son soutien à l’islamisation de la France. Elle explique au quotidien L’Alsace qu’elle verrait bien « une expérimentation du concordat alsacien-mosellan sur l’ensemble du pays, en y intégrant l’islam ». Ses raisons ? « Cela permettrait de former des imams dans nos universités et de financer les mosquées. » Si Arlette Grosskost défend cette position, c’est qu’elle considère que « chacun se doit de respecter les valeurs républicaines, au premier rang desquelles la laïcité». Et pour que les prières n’aient plus lieu dans la rue, il faut davantage de lieux de culte : sa solution est donc de les financer sur fonds publics comme cela se pratique en terre concordataire.
Arlette Grosskost explique aussi que le débat sur la laïcité et sur la place de l’islam en France ne la « dérange pas », mais ce toutefois, précise-t-elle, « si on évite de tomber dans les extrêmes et si on définit exactement la laïcité».

Vivement une définition, oui ! Vouloir étendre le concordat alsacien-mosellan à toute la France, c’est remettre en cause la loi de 1905 sur la séparation des Eglises et de l’Etat – et elle s’est justement construite dans la douleur contre les tenants du concordat de 1801 qui, pour des raisons historiques, est encore en vigueur en Alsace-Moselle -, loi qui est aussi l’un des fondements de la laïcité républicaine et qui mentionne explicitement que « la République ne subventionne aucun culte ».

Mais sans doute Arlette Grosskost a-t-elle d’abord voulu faire par ses propos une réponse à son collègue Jean-Marie Bockel, président de la communauté d’agglomération de Mulhouse et ancien maire de la ville, qui s’est désolidarisé de l’UMP sur cette affaire et qui est par ailleurs son grand ennemi : ce dernier s’est inquiété vendredi d’un débat qu’il juge « lancé dans la précipitation », Nicolas Sarkozy étant certainement « mal conseillé » sur le sujet et lui-même pouvant au contraire se prévaloir de son expérience à la tête d’une ville « qui compte une minorité musulmane importante ».


In Novopress.info, 2011, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

 

--O--

 

 


Monaco : franc-maçon ou catholique, il faut choisir

Les frères se sont installés depuis peu sur le Rocher,

au grand dam de l'archevêque de Monaco.

 

Le Point.fr - Publié le 24/02/2011

Par Roger-Louis Bianchini

 

Il n'a pas parlé d'excommunication, mais c'est tout comme... Monseigneur Bernard Barsi, archevêque de Monaco, a déclaré que l'adhésion à la franc-maçonnerie, quelle que soit l'obédience choisie, était incompatible avec l'appartenance à l'Église catholique. Et ce, en réaction à l'installation officielle, le 19 février, de la Grande Loge nationale régulière de la principauté de Monaco (GLNRPM), une grande première à Monaco où le catholicisme est religion d'État. Et où l'héritier du trône des Grimaldi doit être issu des "liens sacrés du mariage".

"L'enseignement constant de l'Église catholique est clair à ce sujet et a été confirmé par une déclaration de la Congrégation de la doctrine de la foi, en date du 26 novembre 1983, explique l'archevêque. Le jugement négatif de l'Église sur la franc-maçonnerie demeure inchangé, parce que ses principes ont toujours été incompatibles avec la doctrine de l'Église : c'est pourquoi il reste interdit par l'Église de s'y inscrire." "Les catholiques qui font partie de la franc-maçonnerie sont en état de péché grave et ne peuvent s'approcher de la sainte communion", précise Mgr Barsi.
Le secret est incompatible avec la foi

Il dénonce des principes inconciliables : "Dieu n'est pas présenté comme un dieu personnel susceptible d'entretenir des relations et une alliance avec les hommes, mais comme le Grand Architecte de l'univers. Considéré comme une référence plus ou moins lointaine, il ne saurait être Père, et l'homme ne pourrait être pour lui un partenaire. Affirmer l'existence de ce personnage n'équivaut pas à professer la foi catholique en un seul Dieu, révélé dans le mystère trinitaire du Père, du Fils et de l'Esprit saint."

"La franc-maçonnerie, ajoute encore l'évêque de Monaco, entretient et cultive la notion de secret, réservant son accès à quelques initiés en désignant tous les autres comme des profanes. Dans la foi catholique, l'Évangile du Salut, proclamé et vécu par le Christ, est offert et accessible à tous. En toute personne humaine, quelle qu'elle soit, est reconnue l'image, et la ressemblance de Dieu."



Repost 0
23 janvier 2011 7 23 /01 /janvier /2011 10:06

 

J'ai été contacté par un journaliste du journal Le Temps de Genève pour une interview au sujet de l'affaire du guide de montagne tombeur de la croix sur son sommet fribourgeois. J'ai refusé de répondre abruptement et brièvement à ses questions que j'ai estimées biaisées. Quant à ce qu'il en restera dans l'interview que publiera Le Temps, je crains le pire...

 

NPrazBonjour. Je vais essayer de répondre aussi succinctement que possible à vos très succinctes questions qui appellent des réponses philosophiques extensibles à l'infini! Je vous enverrai ensuite le texte de l'article que je suis occupé à écrire pour le journal de la Libre Pensée. Sincèrement, je pense que réduire de la sorte un problème aussi grave à quelques lignes de controverse orientée dans le sens de l'esprit du journal Le Temps (Patricia Briel bientôt rédactrice en chef ?) n'est tout simplement pas correct. Par égard pour votre personne, je m'y résigne cependant.

Narcisse PRAZ

 

Question No 1 : Pourquoi j'ai été cité à comparaître comme témoin au procès (renvoyé sine die) de Patrick Bussard ?

Aussitôt parue dans la presse l'information en question, j'ai pris contact avec Patrick Bussard. Je voulais le remercier et le féliciter d'avoir eu le courage qui m'avait, vingt fois, manqué à moi-même pour accomplir son geste héroïque. Oui, héroïque, puisque ce faisant il a pris le risque de compromettre sa carrière, chose hélas advenue depuis. Je me suis souvenu d'une émission de la TSR au cours de laquelle le réalisateur Alex Décotte m'avait mis devant trois hautes croix plantées côte à côte en bordure d'une piste de ski à l'alpage de Tortin sur Nendaz et m'avait demandé abruptement: "Qu'est-ce que cela vous inspire, ces trois croix ?" Je lui ai spontanément répondu: "Une envie de tronçonneuse !". Nous nous sommes donc rencontrés à Villeneuve, à mi-parcours pour l'un et l'autre, et nous avons discuté pendant 4 heures. J'ai compris que Patrick Bussard avait agi par instinct de révolte et se considérant en état de légitime défense face à un abus flagrant des espaces publics, à une provocation à l'endroit des incroyants comme des adeptes d'autres religions. Je lui ai promis mon appui et celui du mouvement de la Libre Pensée. Et, de fait, le Libre penseur,, en Suisse, et les journaux français La Raison, La Raison Militante et La Calotte,Le Monde Libertaire ont publié mes articles rendant hommage à l'acte de Patrick Bussard. J'ai donc, de mon propre chef, sollicité de la part de son avocat la permission de venir témoigner à son procès.

 

Question No 2 : En quoi une croix sur un sommet représente-t-il une si grande atteinte à la liberté de ceux qui parcourent la montagne ?

Ce n'est pas d'atteinte à la libertéqu'il s'agit, mais d'offense faite aux amis de la montagne, incroyants, athées, agnostiques ou adeptes d'autres croyances, obligés de subir la vue d'un symbole arbitrairement implanté dans des paysages où il n'a pas sa place qui est à l'intérieur des lieux de culte et nulle part ailleurs.  Il s'agit de croix publicitaires constitutives d'un chantage à la foi catholique.

Origine :La prolifération de croix dans le domaine public date de l'époque des guerres de religion entre catholiques et protestants: la croix chrétienne sur les clochers catholiques, le coq sur ceux des temples protestants. Puis, l'implantation de croix sur chaque montagne, sur chaque colline, sur chaque promontoire ou taupinière des cantons catholiques en fait de mise en garde: attention, vous pénétrez dans un canton catholique! La preuve, les croix à l'entrée des autoroutes fribourgeoises et valaisannes. Datant de l'époque des guerres de religion, ces croix équivalent déclaration de guerre. Guerre aux mécréants! En abattant la croix des Mésans, Patric Bussard a donc abattu un symbole guerrier.

La croix symbole guerrier :  An 1191. Brandissant la croix chrétienne, les reîtres de Richard Coeur de Lion s'emparent de la ville de Ptoléméïs, rebaptisée Saint-Jean d'Acre. 3000 prisonniers sont rassemblés sur la grande place. Pressés d'arriver à Jérusalem, pas le temps de s'en occuper: on égorge, on éventre 3000 musulmans sur place. Et on se remet en route, croix en tête. Ce n'est que le début d'une longue carrièrede massacres sanglants, après les Croisades, la conquête des Amériques par les très pieux Espagnols et Portugais, avec génocide des Amérindiens à la clé. Guerres contre les Huguenots couronnées par la St-Barthélemy avec ses milliers d'assassinats. Suit l'Inquisition: combien de milliers de prétendus sorciers et sorcières et hérétiques torturés puis brûlés sur les saints bûchers ? Suit la colonisation. Selon Sir Bertrand Russel, prix Nobel s.v.p., au seul Congo Belge l'Eglise catholique est responsable de plus de 6 millions de meurtres sur infidèles rétzifs à la conversion. Suit l'appui de l'Eglise aux Versaillais pendant la Commune de Paris. Puis vient la guerre 39-45. La très catholique Croatie prend fait et cause avec les nazis pour la persécution des juifs, peuple déicide. Telle Eminence cardinalice a été abondamment photographiée faisant le salut hitlérien sur le passage des sbires nazis. Suit le terrorisme irlandais jamais condamné ouvertement hormis... à sens unique, le bon! Oui, historiquement, la croix chrétienne est vraiment un symbole guerrier !

La croix offense à la raison et à l'intelligence humaines.La croix symbole d'une croyance et d'une espérance. Autrement dit, symbole d'obscurantisme. Symbole d'une prétendue résurrection jamais avérée, jamais historiquement prouvée, autrement dit symbole d'un mythe érigé en vérité absolue. La croix symbole d'une Eglise catholique qui a régné des siècles durant par la Terreur: l'enfer promis aux pécheurs non repentis. La croix symbole d'une Eglise catholique cynique qui invente un Purgatoire où elle envoie les âmes au statut incertain dans le but de recueillir de l'argent en messes payantes pour leur donner accès à un prétendu paradis. La croixsymbole d'une Eglise catholique affairiste avec les scandales à répétition de ses Banques du St-Esprit, de l'I.O.R., et autres. Et symbole de la première puissance financière et mobilière du monde tout en prêchant la charité. La croix, symbole d'une Eglise catholique antisémite qui a persécuté les juifs tout au long de son histoire. Voyez le règne de la très sainte Isabelle la Catholique qui, ne disposant pas de fours crématoires, a dû se résigner au bannissement de tous les juifs de son royaume espagnol. La croix, symbole de l'Eglise catholique castratrice, ennemie des plaisirs de la chair et de la bonne chère via les péchés mortels de luxure et de gourmandise. La croix, symbole de l'Eglise catholique hypocrite et assassine prônant le respect absolu de la vie humaine mais interdisant l'usage du préservatif dans les relations sexuelles entre gens atteints du virus du Sida,première cause de mortalité dans le tiers monde. La croix, symbole de l'Eglise catholique cynique condamnant la pratique de l'I.V.G. et donc indifférente au désespoir d'adolescentes mal informées, voire violées ! La croix, symbole du culte de la souffrance ! Psychiatres de tous pays, au secours ! La croix, symbole de la folie mystique abondamment citée dans tout Manuel de Psychiatrie au chapitre des idées délirantes.

 

Question No 3 : Ce n'est pas l'Eglise qui impose ce signe ostentatoire sur les montagnes ?

Ce seraient les croyants?Merci, Patrick Bussard, d'avoir abattu sur ta montagne ce symbole de toutes les horreurs historiques et hystériques de l'Eglise catholique romaine ! Mensonge ! Derrière chaque implantation d'une croix hors des lieux de culte il y a l'Eglise catholique ou ses représentants directs ou indirects.


Question No 4 : Ne peut-on pas lancer ce débat autrement qu'en recourant à la tronçonneuse ?

Oui, ce moyen existe. Il suffit que les cantons catholiques suisses obtempèrent à l'injonction de la Cour Européenne des Droits de l'Homme qui vient de sommer l'Italie de faire disparaître tous les crucifix des écoles publiques. J'ai personnellement écrit à M. le Conseiller d'Etat du Valais en charge de l'Instruction publique pour lui demander quelle suite il allait donner à cette injonction qui concerne aussi la Suisse, étant donné que la Suisse est impliquée dans cette institution. Elle la présidait même, cette année-là. Réponse du conseiller d'Etat ? Tout va bien comme ça, il n'y a pas de raison de changer quoi que ce soit en la matière. En d'autres termes, les autorités répondent à la Cour Européenne des Droits de l'Homme en lui opposant la force d'inertie. Merci, Patrick Bussard, pour avoir abattu cette croix... en conformité avec les ordonnances des Droits de l'Homme! Car c'est un droit sacré de l'Homme que de n'avoir pas à subir la publicité outrancière d'un symbole abominable entre tous, puisqu'à lui seul il a inspiré plus de crimes, plus d'assassinats que Staline, Hitler, Pinochet, Franco réunis.


Praz GorilleDernière question : L'abus sexuel dont j'ai été moi-même victime de la part d'un père salésien et qui fait l'objet de mon témoignage intitulé "Gare au gorille" m'autorise-t-il à juger toute l'Eglise dans son ensemble ?

Ma réponse est catégorique : cette histoire personnelle n'a rien, absolument rien de commun avec le procès intenté à Patrick Buchard ni avec le prétendu délit qu'il aurait commis en abattant la croix des montagnes des Merlas. Ma prise de position antireligieuse est le résultat de toute une vie d'étude et de réflexion. J'ai lu et relu les trois volumes de "L'Histoire des religions" publiée par les Editions de La Pléïadeet j'ai compris que ce ne sont ni les dieux de la Mythologie gréco-latine ni le dieu unique des trois monothéismes judéo-slamo-chrétien qui ont créé l'homme et son univers mais, au contraire que ces dieux innombrables comme le dieu unique sont eux-mêmes des créatures de l'imagination et des fantasmes humains. Je crois dans les choses prouvées, prouvables encore et encore et je laisse les croyances plus ou moins imbéciles à ceux de mes faux frères en humanisme qui en ont besoin. Je petrsiste et signe.

Repost 0
13 décembre 2010 1 13 /12 /décembre /2010 21:36

NON-de-dieux-1

NON-de-dieux--3.jpg

NON-de-dieux--5.jpg

NON-de-dieux-1

NON-de-dieux--3.jpg

NON-de-dieux--5.jpg

Repost 0
8 décembre 2010 3 08 /12 /décembre /2010 09:55


Vient de paraître

 

Darwin n'est pas celui qu'on croit*

 

de Patrick Tort

 

 

Darwin-Tort.jpgSpécialiste incontesté de Darwin, Patrick Tort commet un nouvel ouvrage sur ce célèbre naturaliste. Il me semblait que notre auteur avait déjà tout écrit sur l'œuvre et le personnage. Eh bien non, je l'ai largement sous-estimé !

 

A travers quatre chapitres : "Le transformisme de Darwin", "Sélection naturelle et sélection sociale", "Le supérieur et l'inférieur", "Religion, morale, évolution", P. Tort aborde une bonne vingtaine de thématiques couramment développés par les créationnsites de tous poils.

 

Avec la rigueur rationaliste qui le caractérise, l'auteur prend un malin plaisir à démonter tous ces éléments fallacieux largement diffusés par tous ceux qui discréditent le théoricien anglais. Un exemple concret : le prétendu eugénisme de la pensée darwinienne, accusation récurrente et très largement employée. Pour cela, citons notre auteur : "La référence admirative de Francis Galton, cousin de Darwin et fondateur de l'eugénisme, à la théorie sélective exposée par son grand aîné dans L'origine des espèces a conduit aisément à croire que ce dernier portait une responsabilité foncière dans la naissance de la réflexion eugénique, voire partageait les vues de Galton au point de les accréditer". Et plus loin : "Déclarer Darwin partisan de l'eugénisme - le terme eugenicsne fut jamais employé par lui, puisqu'il n'apparut qu'en 1883, un an après sa mort – est en contradiction avec le seul ouvrage dans lequel Darwin aborde les questions relatives aux sociétés humaines considérées du point de vue de leur histoire évolutive, et donc de leur rapport avec le mécanisme sélectif qui en a gouverné le cours. Ce texte est évidemment La Filiation de l'Homme, …"

 

Nous pourrions ainsi citer maints passages de l'ouvrage de Patrick Tort. Je me dois d'avouer qu'il m'a bien séduit : le démontage de toutes ces fausses idées circulant reste particulièrement précis et l'argumentaire utilisé difficilement contestable L'auteur n'hésite pas à tordre le cou à ses adversaires, comme le sulfureux créationniste turc Harun Yahya : "un prosélyte ayant fait du mensonge sur la science l'objet d'un commerce international".

 

C'est un véritable régal que ce livre. Il arrive à point nommé dans ce monde planétaire plein d'incertitudes existentielles. Je ne peux qu'adhérer à sa conclusion : "Les problèmes du monde (qui sont ultimement des problèmes de survie et de partage) ne seront pas réglés par un moindre usage de la raison ni par le recours au dessein transcendant, mais par l'élaboration d'un niveau300 supérieur de la rationalité, c'est-à-dire par son élévation au niveau de l'analyse des contradictions entre intérêts particuliers et prise en compte des équilibres planétaire".

 

En cette période de fin d'année très prochaine, il ne me reste plus qu'a souhaiter une bonne chance éditoriale à ceDarwin n'est pas celui qu'on croit.

 

* Editions Le Cavalier Bleu, 190 pages, Octobre 2010, 18 €.

Repost 0
3 décembre 2010 5 03 /12 /décembre /2010 09:01

Atteint par une sale maladie, notre camarade  et ami Antoine Thivel vient de nous quitter. Très souvent, il nous arrivait d'être en désaccord sur l'analyse politique. Jamais sur l'orientation générale de la Libre Pensée. Laissons à notre ami Denis, le soin d'en dire plus sur l'homme et le militant.

 

 

Antoine THIVEL (1928 – 2010)

 

A.Thivel.jpgAntoine Thivel est décédé aujourd’hui 2 décembre 2010. Antoine était adhérent depuis quinze ans à la Libre Pensée quand, en 1995, avec l’ensemble de la fédération des Alpes Maritimes alo

rs présidée par son ami Georges Campos, il a rejoint l’ADLPF à sa création. A la disparition de Georges, en mai 2002, Antoine a, tout naturellement, pris sa succession à la tête de la fédération départementale devenue l’Association des Libres Penseurs des Alpes Maritimes (ALPAM). Il en a assuré la présidence jusqu’à aujourd’hui. En 2007, c’est lui qui a été la cheville ouvrière de l’organisation du congrès national de l’ADLPF à Nice. Elu en 1999, au congrès de Niort, il a été membre du conseil d’administration de l’ADLPF jusqu’en 2004. En 2007, au congrès de Nice, il a repris du service au niveau national en devenant vice-président de notre mouvement. Cette fonction ne fut pas purement honorifique puisqu’en 2008, au congrès de Sarlat, Antoine a dû remplacer le président indisponible. C’est à cette occasion qu’il a gratifié les délégués et militants d’une brillante conférence d’avant congrès sur l’actualité du « discours sur laservitude volontaire », d’Etienne de La Boétie, l’enfant du pays sarladais. En mars dernier, le conseil d’administration l’a porté à la présidence de l’ADLPF jusqu’au congrès de La Bonneville. A ce titre, c’est lui qui a animé les séances du C.A. et qui a rédigé le rapport moral de l’association. En septembre, il enrageait de ne pouvoir participer au congrès. La maladie était déjà là et son médecin lui avait interdit tout déplacement.

Militant impliqué, Antoine, plus encore qu’un administrateur, aura été un penseur de notre mouvement. Agrégé de lettres classiques, docteur es lettres, professeur émérite de civilisation grecque à l’Université de Nice, ce fin lettré aura mis sa profonde intelligence et sa brillante culture au service de son engagement humaniste, social et rationaliste. Obsédé de justice sociale, il a gardé jusqu’à la fin sa foi athée de révolutionnaire marxiste et sa capacité d’analyse politique d’une pertinence rare. Il a œuvré en permanence pour l’unité des laïques authentiques, se démarquant à équidistance de ceux qui substituent la reconnaissance des cultures communautaires à l’universalisme des droits de l’Homme d’une part et, d’autre part, de ceux qui confondent la neutralité institutionnelle avec le rejet des individus.

Dans les associations où il militait – l’ADLPF, mais aussi le Cercle Ernest Renan où il devait encore faire une conférence sur Pythagore le 16 décembre prochain, l’Association Française pour l’Information Scientifique (AFIS) dont il fut membre du conseil d’administration… - il travaillait à l’émancipation de l’individu, luttant en permanence contre les cléricalismes, les intégrismes et l’irrationnel. Au sein du FURAL et de nombreux autres collectifs, il voulait que se constituât un outil permettant de combattre le vieux monde où règne le capitalisme inhumain appuyé sur l’obscurantisme des religions, et d’agir pour l’édification d’un monde de justice sociale et de liberté.

Il nous reste ses écrits, trop rares, mais toujours riches, intelligents et efficaces. Outre l’ouvrage qu’il a laissé à l’ADLPF, « Les Origines du Christianisme », on pourra se référer aux plus récents : ses éditoriaux de La Raison Militante (« Comment faire l’unité des laïques ? », « La laïcité, un problème politique », « Quand la République bégaie »), sa « Lettre ouverte à Caroline Fourest »et son article « Faut-il admirer les kamikazes ? », ainsi que son dernier livre rédigé avec son ami, notre camarade Elie Volf, « Faut-il croire à tout ? » où sont démystifiées les billevesées des pseudo-sciences.

Jusqu’à la fin, Antoine a mené le bon combat, pour la liberté, la démocratie, la laïcité et l’émancipation de l’individu dans tous les domaines. Il a bien mérité de la Pensée Libre. Avec lui, nous perdons un ami sûr et un camarade d’une valeur inestimable. Que sa compagne Michèle, sa famille et ses proches reçoivent nos très sincères condoléances.

Pour le Conseil d’Administration de l’ADLPF

Le président Denis PELLETIER.

 

 

Il me semble opportun et utile de publier l'un de ses articles, paru dans La Raison Militante (n°38, octobre 2006), qui conforte son orientation libre penseuse.

 

LES LIBRES PENSEURS ET LA PHILOSOPHIE


Faut-il être matérialiste pour être un vrai libre penseur ? Peut-on  être libre penseur tout en adhérant à une philosophie idéaliste ? La Libre Pensée est-elle compatible avec le scepticisme ? Ce genre de questions, tout libre penseur peut légitimement se les poser,  même s'il n'a pas la fibre philosophique, et il va de soi que nous ne jetterons jamais la pierre à quelqu'un qui nous paraît dévier de façon inquiétante, mais que nous ne nous priverons pas non plus de polémiquer; avec lui.

Nous retrouvons donc dans le domaine philosophique la grande tolérance dont il était question à propos des positions politiques. Les seules doctrines, apparemment, qui sont incompatibles avec la Libre Pensée sont celles qui prétendent priver l'homme de sa liberté constitutive, donc le fascisme en politique, la théologie et tout dogmatisme en philosophie.

L'accord sur ces principes généraux peut facilement être acquis, mais les choses se compliquent dès qu'on entre un peu dans le détail. Prenez, par exemple, Spinoza. En son temps, il a été rejeté par tous  les réactionnaires, on l'a traité d'athée alors qu'il était plutôt panthéiste, on lui a attribué le pamphlet des "Trois imposteurs" (Moïse, Jésus, Mahomet) qui vient sans doute du Moyen-âge, mais il faut reconnaître que son affirmation "Deus, sive natura" ("Dieu, ou si l'on veut, la nature") n'est pas claire (est-ce Dieu qui est naturel ou la nature qui est divine?) et qu'il a inventé, pour détruire le dualisme cartésien, une métaphysique qui est encore très spiritualiste, avec sa substance unique qui se réalise dans une infinité d'attributs dont nous ne pouvons connaître que deux aspects, l'espace et le temps. Cela rappelle les spéculations des philosophes néoplatoniciens aux IIIeet IVsiècles : Plotin, Porphyre, Proclus, avec leurs cascades d'entités (les apostases) qui permettent de passer de l'Un parfait et éternel au monde tel que nous le connaissons. Marx avait bien raison de dire que la métaphysique n'est rien d'autre que de la religion mise sous forme rationnelle. Mais d'un autre côté, il ne faut pas oublier que Spinoza est en plein XVIIesiècle le premier qui a vraiment défini les principes démocratiques, qui a donné une analyse critique parfaitement historique et rationnelle de la composition de la Bible, et qui a inventé une théorie des rapports entre la raison et les émotions que les neurosciences les plus modernes retrouvent avec admiration. Ce serait donc une erreur grossière de jeter par dessus bord ce petit polisseur de lunettes, mais on peut l'accueillir comme il le mérite tout en faisant fi de sa métaphysique. Et il en sera de même pour bien d'autres : Platon, Aristote, Descartes, Leibnitz, Kant, Hegel, Husserl, etc. De même, certains savants n'ont pas  éliminé la foi de leur enfance, d'autres sont même superstitieux, mais ce n'est pas une raison pour considérer leurs découvertes comme nulles et non avenues. Il ne faut jamais juger d'après la personne, d'après le principe d'autorité, mais d'après le contenu des doctrines. Quelqu'un comme Heidegger, par exemple, qui a transformé la phénoménologie allemande en une théologie fumeuse, n'est guère  fréquentable ; son engagement dans le parti nazi n'est qu'une confirmation. Les philosophes présocratiques, en Grèce, ne nous ont pas annoncé Dieu, comme il le disait, mais la raison.

Caricadoc Dieu 022Cela veut-il dire que les libres penseurs doivent rejeter toute métaphysique ? Selon Henri Pena-Ruiz, à l'égard de la question de l'existence de Dieu et du surnaturel, il y a quatre positions possibles : on peut être croyant, déiste, agnostique ou athée. En principe, il peut y avoir des libres penseurs croyants, mais il faut reconnaître qu'ils ne sont pas très nombreux, car ils entrent assez vite dans de graves contradictions, et en général ce sont des esprits mystiques qui ont en horreur les églises et toutes leurs compromissions,  donc leur désir de liberté n'est pas rationnel, et il est fort difficile de discuter avec eux. Il y a deux sortes de déistes, ceux qui se détachent de la religion et la combattent, mais qui ne peuvent pas encore se passer d'un Dieu horloger (donc anthropomorphique) - c'est le cas de Voltaire - et ceux qui critiquent la religion mais y retournent par la voie du sentiment et de la morale - c'est le cas de Rousseau, qui avait bien vu que le progrès technique creuse les inégalités entre les hommes, mais ensuite, en proclamant la conscience "instinct divin", il a rétabli le fondement du calvinisme de son enfance, la liaison directe entre le croyant et son Dieu. C'est donc la première sorte de déistes qui  est la plus proche de la  Libre Pensée comme nous l'entendons. La deuxième est dangereuse, et elle peut donner de terribles dérives en politique, faire de la lutte contre la religion une religion.

L'agnostique (du grec "agnostos" qui peut avoir un sens positif ou négatif : "inconnu" ou "qui ne connaît pas", ici c'est le sens positif) est un homme qui refuse de se prononcer sur l'existence ou la non-existence de Dieu et du surnaturel ; il est donc assez proche du sceptique. Cependant, l'agnostique ne nie pas le surnaturel, il se contente de retenir son  jugement. C'est souvent une position hypocrite, qui reconnaît que l'ordre établi est mal établi, mais ne veut pas l'attaquer, tant il est vrai que la philosophie n'est pas quelque chose d'abstrait, comme on le croit généralement, mais est toujours liée aux questions les plus concrètes, notamment à la politique. Au reste, le scepticisme est une position légitime, et même très saine à ses débuts, mais si on le pousse jusqu'au bout, on finit par dire que non seulement la vérité n'est pas atteignable, mais qu'elle n'existe pas, et de cette façon on met en doute la vérité de la science, ce qui n'est pas acceptable pour un libre penseur. Exemple de  pus de la liaison entre les questions philosophiques et les problèmes politiques. Enfin, que penser de l'athéisme ? Pour les libres penseurs, ce n'est évidemment pas une obligation, et il me semble qu'Henri Pena-Ruiz emploie une formule très juste quand il dit que l'athéisme est une position spirituelle.

Le mot peut faire tiquer certains, on peut le remplacer par d'autres,  mais il est juste de dire que l'existence de Dieu n'est ni prouvée ni infirmée par une démonstration scientifique, et cela pour une raison bien simple, c'est que la science ne s'occupe pas de ce genre de problèmes. Il faut le dire, la science est méthodologiquement athée.

Dire que Dieu n'existe pas, c'est donc prendre parti dans un débat que la science ne peut pas, ne veut pas trancher. A vrai dire, on peut critiquer la formule de Nietzsche que tout le monde répète : "Dieu est mort". Si Dieu est mort, cela veut dire qu'il a vécu ; pour être plus précis, il faut dire que Dieu est une idée de l'homme, et que les progrès du rationalisme font que de plus en plus de gens  comprennent qu'on peut expliquer historiquement cette idée, mais que rien ne nous autorise à affirmer que cette idée correspond à quelque chose de réel. Ici le doute n'est pas une position confortable, c'est une affirmation, qui repose sur toute une étude historique et philosophique de la culture et de la pensée humaines. Sans aller si loin, la plupart des gens refusent Dieu à cause de l'éternelle alliance entre le trône et l'autel.

Nous venons de dire que les libres penseurs ne mettent pas en doute la vérité de la science. Une telle affirmation mériterait de longs commentaires. Il ne s'agit évidemment pas d'une croyance, mais de la constatation de tous les progrès que nous ont fait faire les sciences expérimentales. Pourquoi Galilée a-t-il été condamné par l'église catholique ? Parce qu'il défendait la théorie de Copernic, qui avait l'inconvénient de ne plus placer l'homme au centre de l'univers, donc s'il y avait plusieurs systèmes solaires, des millions  de terres, comme le croyait Giordano Bruno, il fallait imaginer que Dieu avait  dû envoyer des millions de Jésus-Christ pour racheter toute ces humanités pécheresses, on était en pleine absurdité, l'église perdait son pouvoir, parce qu'elle était attaquée dans ce qui fait l'essence de la religion : l'anthropomorphisme, alors que la science est fondée sur le cosmomorphisme.  Et pourtant, Copernic était chanoine, Bruno était dominicain, Galilée était un bon chrétien, Jean Meslier était curé de sa paroisse, mais la vérité finit toujours par se faire jour. Tous ces grands prédécesseurs seraient sans doute enchantés de voir comme la science s'est taillé une place de choix dans notre époque bénie, mais horrifiés de voir les retours du fanatisme, et en tout cas tout à fait d'accord avec l'évolutionnisme de Darwin, la relativité d'Einstein et  la physique quantique de Planck, ils ne mettraient pas pour cela en doute la méthode expérimentale, comme le font les philosophes qui se disent "postmodernes", et ils accueilleraient avec enthousiasme les dernières découvertes de la neurobiologie, les études sur le cerveau qui progressent à pas de géants depuis vingt ans. Enfin, la pensée humaine n'est plus un mystère, on n'a plus besoin d'inventer l'âme, concept métaphysique, équivalent de Dieu en l'homme. Nous ne savons pas tout, bien sûr, mais les progrès sont extraordinaires, et ont déjà des applications en médecine, en particulier dans  la thérapeutique des maladies dites mentales. Qui plus est, la fécondité d'une découverte et son application dans de multiples domaines étant une preuve de son exactitude, voilà que la neurobiologie s'intéresse aux religions, et qu'elle en renouvelle l'interprétation. Cela ne nous oblige pas à abandonner les explications anciennes, par les terreurs des hommes primitifs (Epicure) et  par l'aliénation (Feuerbach, Marx), mais l'étude des inférences, ces raisonnements automatiques et inconscients qui se produisent par les liaisons des neurones et qui organisent notre comportement, nous permet de pénétrer dans les mécanismes des croyances populaires, qui expliquent aussi bien les religions totémiques, animistes, polythéistes ou monothéistes. L'utilisation de ces croyances en philosophie et en politique est une autre question, mais il se pourrait bien que le plus vieux métier du monde ne soit pas celui que tout le monde croit, mais celui de sorcier. André Malraux serait bien déçu de voir que le XXIesiècle n'est pas celui de la religion, comme il l'avait prévu, mais celui des neurosciences.

Antoine THIVEL


Repost 0

  • : A Rebrousse-poil
  • A Rebrousse-poil
  • : Analyse de l'actualité politique, philosophique et artistique.
  • Contact