Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 avril 2010 2 27 /04 /avril /2010 07:33

 

27 avril Codes noirsOuf ! il y eut un décret le 4 février 1794 abolissant l'esclavage. Toutefois, il ne fut que très partiellement - sinon pas – appliqué. Ne serait-ce qu'en raison de la forte pression politico-économique exercée par le clan des colons, des armateurs et des négriers. Ce décret fut adopté "à la sauvette", c'est-à-dire rapidement et par un faible nombre de députés. Les mesures nécessaires à son application ne seront jamais prises.

En 1802, le Premier consul, Napoléon Bonaparte lui assène le coup final. Il casse cette décision législative. Ensuite, avec le retour de la monarchie, une politique assez semblable en la matière sera poursuivie. L'esclavage et la traite des noirs disposeront encore de quelques belles années devant eux...

VSchoelcherIl faudra attendre la Révolution de février 1848 pour que le 27 avril de la même année, un second décret abolisse définitivement l'esclavage. Sans conteste, la paternité de ce deuxième texte de loi revient à Victor Schoelcher, un homme politique et un franc-maçon qui en fera le combat de sa vie.

Le préambule de ce décret se présente comme un bijou, parfaitement ciselé :

"Considérant que l'esclavage est un attentat contre la dignité humaine; qu'en détruisant le libre arbitre de l'homme, il supprime le principe naturel du droit et du devoir; qu'il est une violation flagrante du dogme républicain « Liberté-Egalité-Fraternité »...."

Même si très officiellement l'esclavage et la traite sont définitivement abolis, combien de cas nous sont régulièrement révélés par les médias : tels des emplois de domestique, telles des filières clandestines d'immigration, telles celles de la prostitution ? Derrière les belles façades éclairées de nos sociétés "avancées" et pensant bien, subsistent d'importantes zones d'ombre de la marchandisation et de l'exploitation de l'homme par l'homme soumis à des conditions d'existence peu reluisantes, sinon terrifiantes ? Le bout du chemin n'est donc toujours pas atteint.

 

N.B. La reproduction ci-dessus présente la couverture du livre publié par les Editions Dalloz, en 2006. Excellent précis sur la question, composé de 150 pages au format 8x12 cm.

Repost 0
7 avril 2010 3 07 /04 /avril /2010 13:00

C.-Fourier.jpgCe Bisontin de naissance (en l'an 1772) a largement influencé tout le courant socialiste et humaniste des XIXe et XXe siècles.

On lui doit l'une des toutes premières analyses critiques de la société pré-industrielle. De plus, il conceptualisa les principes d'une société communautaire qu'il voulait harmonieuse. Il envisage pour se faire la construction de phalanstères, c'est-à-dire des ensembles de bâtiments à fonction commune, sur la base du libre consentement de ses membres.

L'un de ses fidèles adeptes, Victor Considérant, en fait une description emphasée : "Contemplons le panorama qui se développe sous nos yeux. Un splendide palais s’élève du sein des jardins, des parterres et des pelouses ombragées, comme une île marmoréenne baignant dans un océan de verdure. C’est le séjour royal d’une population régénérée. Devant le Palais s’étend un vaste carrousel. C’est la cour d’honneur, le champ de rassemblement des légions industrielles, le point de départ et d’arrivée des cohortes actives, la place des parades, des grandes hymnes collectives, des revues et des manœuvres. La route magistrale qui sillonne la campagne de ses quadruples rangées d’arbres somptueux, bordées de massifs d’arbustes et de fleurs, arrive, en longeant les deux ailes avancées du Phalanstère, sur la cour d’honneur, qu’elle sépare des bâtiments industriels et des constructions rurales, développées du côté des grandes cultures. Au premier rang de la ville industrielle, une ligne de fabriques, de grands ateliers, de magasins, de greniers de réserve, dresse ses murs en face du Phalanstère" (1846).

Charles Fourier s'est fixé comme objectif de classer l'humanité en quelques 810 catégories d'individus. Il en découle l'organisation de phalange composée de 1620 membres (mixité oblige sans doute !). De toute évidence, son système semble assez fumeux.

De son vivant, aucune réalisation phalanstérienne ne vit le jour. La première est tentée, trois ans après sa disparition (1833), à Condé-sur-Vesgres (Yvelines) et ne dure que quelques mois. Seuls le Familistère et la manufacture de Godin (1861) sont des exemples plus ou moins achevés qui comportent quelques idées novatrices et intéressantes comme celle, par exemple, de la création d'une crèche. Pas mal pour l'époque !

Marx et Proudhon feront une critique sévère des fouriéristes, en particulier de V. Considérant (in De la création de l'ordre dans l'humanité). Bien plus récemment et sur un registre différent, Michel Ragon décortique brillamment la tentative urbaine de Charles Fourier et conclue que "Il n'est de pires tyrans que les philanthropes" (in L'homme et les villes).

Après Tomas More et tant d'autres, Fourier aura eu le mérite d'imaginer qu'un autre monde à construire est possible. En cela, son oeuvre reste porteuse d'espoir.

Repost 0
29 mars 2010 1 29 /03 /mars /2010 07:15

29 mars 1790

210e anniversaire d'une condamnation pontificale

 

29-mars-Droits-l-Homme.jpgDe leur tombeaux, j'écoute le tintamarre fait par mes ancêtres. Carriers, journaliers, hommes de condition modeste, en ce jour de révolte et d'amertume la clameur de leurs cris a retenti. Ce 29 mars, le citoyen Adrien Duport, ancien noble rallié au Tiers-Etat et membre du Comité de législation de la Constituante, présente à l'Assemblée les principes et le plan d'une organisation judiciaire nouvelle s'appuyant sur les valeurs nouvelles de la Nation.

Mais… mes ancêtres se rappellent surtout de ce triste jour non pour ce débat, somme toute assez technique, mais pour la décision prise par le Ratzinger de l'époque : le pape Pie VI*. Le 29 mars 1790, lors d'un consistoire secret, il condamnera la Déclaration des droits de l'Homme et du citoyen promulguée le 26 août 1789, soit sept mois plus tard. Ce fut une journée qui marqua mes ancêtres et, depuis, toutes les générations futures...

En ce jour, il me semble bien difficile de ne pas rappeler cette mauvaise action de l'église catholique romaine. Malgré cette infamie, elle n'a aucune honte aujourd'hui à participer à des mouvements droits de l'hommiste. Et pourtant, elle n'en est pas à son premier coup. Que n'a-t-elle commis de crimes et justifier d'holocaustes sur tous les continents ? Fort d'un battage médiatique, l'accent est mis en ce moment sur la pédophilie perpétuée par ses représentants. Par la-même, ce sont donc aussi les Droits de l'enfant qui l'éclaboussent.

Avant que ne retombe le silence et l'oubli, concluons notre sinistre commémoration par cet emprunt à Dostoïevski (Les frères Karamazov) : "Je renonce définitivement, pour cette raison, à l'Harmonie supérieure. Elle ne vaut pas, à mon avis, une seule des larmes de l'enfant martyrisée qui se frappait la poitrine de ses poings dans un lieu nauséabond et priait "le bon Dieu" à travers ses pleurs inexpiables. Aucune harmonie future ne rachètera ces larmes-là".

Tout est dit. Mais, malheureusement, si rarement que ce bruit s'apparente souvent à un chuchotement.

 

 

* Il n'en était pas à son premier ni dernier méfait. Cet homme d'église s'illustrera en stigmatisant dès la première année de son pontificat, c'est-à-dire en 1775, les Encyclopédistes. Inutile de préciser qu'il prendra fait et cause pour la réaction contre-révolutionnaire.

Repost 0
15 mars 2010 1 15 /03 /mars /2010 09:11

15 mars 1830

Il y 180 ans, naissait Elisée Reclus

 

15 mars ReclusElisée Reclus* reste un personnage attachant et riche de ses multiples facettes.

Géographe, il publiera nombre d'ouvrages et, particulièrement, la Nouvelle Géographie universelle en 19 volumes et L'homme et la terre (6 tomes). Au frontispice de chacun des tomes de ce dernier ouvrage il inscrira : "La Géographie n'est autre chose que l'Histoire dans l'Espace, de même que l'Histoire est la Géographie dans le Temps". Les récentes tendances au sein de cette discipline s'inspirent largement de sa démarche conceptuelle, très innovante pour l'époque.

Après le coup d'Etat du 2 décembre 1851, il subit six années d'exil. Puis, comme garde national lors de la Commune de Paris, il est arrêté et condamné à la déportation. Une grande pétition internationale, lancée par la plupart des sommités du monde scientifique, permet d'infléchir l'attitude du gouvernement qui commue sa peine en un bannissement de dix ans.

Anarchiste, il fréquentera les Bakounine, Kropotkine, Jean Grave... Son livre L'évolution, la révolution et l'idéal anarchiste reste, pour nous, l'un des grands ouvrages de référence de la pensée libertaire.

Libre penseur, il adhére à la première fédération française de la Libre Pensée.

Franc-maçon, il sera initié à la loge "Les Emules d'Hiram".

Les Editions libertaires ont publié, en 2008, une excellente biographie sur ce penseur hors du commun. S'il nous fallait résumer l'homme par une de ses pensées nous reprendrions cette phrase magnifique : "L'anarchie est la plus haute expression de l'ordre ».

Repost 0

  • : A Rebrousse-poil
  • A Rebrousse-poil
  • : Analyse de l'actualité politique, philosophique et artistique.
  • Contact