Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 février 2011 7 27 /02 /février /2011 13:56

 

Youpi !

 

Ami blogueur, est-ce bien nécessaire de vous convaincre : l a religion - toutes sans exception - reste une véritable injure à la liberté de penser, celle-ci ne pouvant être que entière et sans présupposé d'aucune sorte ?

Dans cette très partielle, succincte et combien immédiate revue de presse, comment ne pas en être convaincue... Plein phare donc sur deux média qui - rassurez-vous - ne nous ont pas soudoyé pour diffuser leur info ! 


Au nom de la laïcité Arlette Grosskost (UMP)

veut étendre le concordat alsacien-mosellan à toute la France

 

Posté par Novopress, le 20 février 2011


Grosskost.jpgMULHOUSE (NOVOPress Alsace) : Arlette Grosskost, député UMP du Haut-Rhin, avait contribué activement à la loi contre le port de la burqa. Mais elle avait aussi laissé entendre à plusieurs reprises qu’elle était favorable à l’extension du concordat alsacien-mosellan à l’islam.
Elle est encore plus claire ce matin dans son soutien à l’islamisation de la France. Elle explique au quotidien L’Alsace qu’elle verrait bien « une expérimentation du concordat alsacien-mosellan sur l’ensemble du pays, en y intégrant l’islam ». Ses raisons ? « Cela permettrait de former des imams dans nos universités et de financer les mosquées. » Si Arlette Grosskost défend cette position, c’est qu’elle considère que « chacun se doit de respecter les valeurs républicaines, au premier rang desquelles la laïcité». Et pour que les prières n’aient plus lieu dans la rue, il faut davantage de lieux de culte : sa solution est donc de les financer sur fonds publics comme cela se pratique en terre concordataire.
Arlette Grosskost explique aussi que le débat sur la laïcité et sur la place de l’islam en France ne la « dérange pas », mais ce toutefois, précise-t-elle, « si on évite de tomber dans les extrêmes et si on définit exactement la laïcité».

Vivement une définition, oui ! Vouloir étendre le concordat alsacien-mosellan à toute la France, c’est remettre en cause la loi de 1905 sur la séparation des Eglises et de l’Etat – et elle s’est justement construite dans la douleur contre les tenants du concordat de 1801 qui, pour des raisons historiques, est encore en vigueur en Alsace-Moselle -, loi qui est aussi l’un des fondements de la laïcité républicaine et qui mentionne explicitement que « la République ne subventionne aucun culte ».

Mais sans doute Arlette Grosskost a-t-elle d’abord voulu faire par ses propos une réponse à son collègue Jean-Marie Bockel, président de la communauté d’agglomération de Mulhouse et ancien maire de la ville, qui s’est désolidarisé de l’UMP sur cette affaire et qui est par ailleurs son grand ennemi : ce dernier s’est inquiété vendredi d’un débat qu’il juge « lancé dans la précipitation », Nicolas Sarkozy étant certainement « mal conseillé » sur le sujet et lui-même pouvant au contraire se prévaloir de son expérience à la tête d’une ville « qui compte une minorité musulmane importante ».


In Novopress.info, 2011, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

 

--O--

 

 


Monaco : franc-maçon ou catholique, il faut choisir

Les frères se sont installés depuis peu sur le Rocher,

au grand dam de l'archevêque de Monaco.

 

Le Point.fr - Publié le 24/02/2011

Par Roger-Louis Bianchini

 

Il n'a pas parlé d'excommunication, mais c'est tout comme... Monseigneur Bernard Barsi, archevêque de Monaco, a déclaré que l'adhésion à la franc-maçonnerie, quelle que soit l'obédience choisie, était incompatible avec l'appartenance à l'Église catholique. Et ce, en réaction à l'installation officielle, le 19 février, de la Grande Loge nationale régulière de la principauté de Monaco (GLNRPM), une grande première à Monaco où le catholicisme est religion d'État. Et où l'héritier du trône des Grimaldi doit être issu des "liens sacrés du mariage".

"L'enseignement constant de l'Église catholique est clair à ce sujet et a été confirmé par une déclaration de la Congrégation de la doctrine de la foi, en date du 26 novembre 1983, explique l'archevêque. Le jugement négatif de l'Église sur la franc-maçonnerie demeure inchangé, parce que ses principes ont toujours été incompatibles avec la doctrine de l'Église : c'est pourquoi il reste interdit par l'Église de s'y inscrire." "Les catholiques qui font partie de la franc-maçonnerie sont en état de péché grave et ne peuvent s'approcher de la sainte communion", précise Mgr Barsi.
Le secret est incompatible avec la foi

Il dénonce des principes inconciliables : "Dieu n'est pas présenté comme un dieu personnel susceptible d'entretenir des relations et une alliance avec les hommes, mais comme le Grand Architecte de l'univers. Considéré comme une référence plus ou moins lointaine, il ne saurait être Père, et l'homme ne pourrait être pour lui un partenaire. Affirmer l'existence de ce personnage n'équivaut pas à professer la foi catholique en un seul Dieu, révélé dans le mystère trinitaire du Père, du Fils et de l'Esprit saint."

"La franc-maçonnerie, ajoute encore l'évêque de Monaco, entretient et cultive la notion de secret, réservant son accès à quelques initiés en désignant tous les autres comme des profanes. Dans la foi catholique, l'Évangile du Salut, proclamé et vécu par le Christ, est offert et accessible à tous. En toute personne humaine, quelle qu'elle soit, est reconnue l'image, et la ressemblance de Dieu."



Partager cet article

Repost 0

commentaires

  • : A Rebrousse-poil
  • A Rebrousse-poil
  • : Analyse de l'actualité politique, philosophique et artistique.
  • Contact