Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 octobre 2011 6 22 /10 /octobre /2011 20:41

Le prix Mouammar Kadhafi des droits de l'homme

va-t-il sombrer dans l'oubli ?

 

Nous ne sommes pas des fanas de l'actualité à outrance. Un dictateur disparait et c'est tant mieux. Le problème c'est que cette race d'individus se reproduit vite. Alors, avant qu'un autre ne surgisse et ne subisse l'action de notre scalpel destiné à étudier ses entrailles, nous sommes heureux de publier - et partager - cette belle analyse de notre ami Florealanar.

 

Kadhafi.jpgIl va falloir se faire à cette triste idée : le prix Kadhafi des droits de l’homme ne sera plus attribué désormais.


Créée en 1988 par celui qui s’autoproclama modestement « Guide de la révolution de la Grande Jamahiriya arabe libyenne populaire et socialiste », et qui laissera un souvenir ému à tous ceux qui voient dans l’humanisme un dernier refuge contre la barbarie du monde, cette distinction récompensait chaque année des personnages du même acabit, mus par une sensiblerie quasi maladive. Qu’on en juge !


En 1996, Louis Farrakhan, fanatique ethno-religieux américain, reçoit cette récompense méritée. Leader de l’organisation Nation of Islam, financée par la Libye, il se distingue notamment par un antisémitisme virulent, point d’ailleurs commun à nombre de lauréats de ce prix. Deux ans plus tard, c’est un grand ami du régime libyen, partageant grosso modo la conception toute particulière du colonel en matière de droits de l’homme, qui se voit consacré : Fidel Castro, sorte de Bisounours barbu régnant depuis plus de cinquante sur un îlot de libertés multiples, sur fond de musique dansante.


D’abord marqué par la religion protestante, devenu communiste d’appareil pour rejoindre ensuite l’extrême gauche avant de se convertir à l’islam après une brève liaison avec le catholicisme, c’est un homme de conviction, comme on le voit, que son ralliement aux thèses négationnistes et antisémites les plus nauséabondes désignait naturellement comme récipiendaire du prix Kadhafi en 2002, l’ineffable Roger Garaudy. En 2004, la nouvelle idole des crétins gauchistes tiers-mondains, Hugo Chavez, militaire catholique anti-impérialiste, est à son tour primée. Contrairement à d’anciens complices du dictateur libyen, reconnaissons-lui une certaine fidélité en amitié, lui qui, à l’annonce de la mort de Kadhafi, vient de regretter « lassassinatdun martyr » (sic).


L’année suivante, cette récompense honorable vint distinguer un personnage hélas trop peu connu, Mahathir bin Mohamad, homme politique malaisien qui s’illustra, à la tribune de l’Organisation de la conférence islamique, par cette déclaration follement originale entre toutes – et par laquelle on reconnaît les belles âmes – consistant à affirmer que les juifs dominent le monde… Autre grand ami du défunt, au point de fermement condamner dès son début la rébellion libyenne de Benghazi, l’ex-leader puis profiteur corrompu de la révolution sandiniste, Daniel Ortega, remporte le trophée en 2009.


Il est certes bien venu d’ironiser sur l’attitude de ces actuels dirigeants occidentaux que la vente d’armes et le coup de pouce de leurs services secrets au dictateur libyen dans sa chasse aux opposants ne gênèrent guère durant de longues années, avant que ce colonel fréquentable se mue tardivement à leurs yeux en dictateur pestiféré. Pareille ironie, cependant, peut être adressée à cette gauche imbécile, jamais rassasiée de ses erreurs et de ses idolâtries passées, qui ne trouva longtemps rien à redire à ce flirt poussé que ses héros plus ou moins dictatoriaux vécurent avec le tyran de Tripoli.


Partager cet article

Repost 0

commentaires

  • : A Rebrousse-poil
  • A Rebrousse-poil
  • : Analyse de l'actualité politique, philosophique et artistique.
  • Contact