Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mars 2013 4 14 /03 /mars /2013 09:47

 

Le 11 février, sur ce blog, je me suis trompé. J'espérais que le remplaçant de Benoit XVI serait soit une papesse, soit une éminence gay. J'ai tout faux et je m'obligerai, dimanche, à aller à confesse...

 

Diable-et-benitier.pngLes médias nous présentent le nouveau chef de la catholicité comme un prélat proche des pauvres. Belle image d'Epinal dont on cache le verso qui n'a rien de très jojo. Après Benoît et avec François, nous avons à nouveau un dignitaire qui a fricoté avec la gent fasciste. Est-ce si étonnant que cela ?

 

Comme son prédécesseur, fera-t-il aussi mal en matière de chasse à la pédophilie au sein de l'église et autres méfaits sexuels dans lesquels nos mitrés se plélassent ? A ce propos, lors du conclave, BFMTV a pris le relais d'une information fort gênante qui n'a pas fait la "une" de nos grandes sources d'infos. C'est bien dommage. Clickez donc sur ce lien, vous constaterez que cela vaut son pesant de cacahuètes !

 

Dans la foulée, je vous livre cette info ci-après, publiée par l'AFP le 12 mars 2013.

 

Encore une fois, personne ne pourra nous accuser qu'il s'agit de ragots fomentées par les bouffeurs de curé, une catégorie dans laquelle votre serviteur a l'honneur d'appartenir.

 

 

"Les victimes de prêtres pédophiles s'invitent au conclave

Des Etats-Unis, du Mexique ou de Belgique, les victimes de prêtres pédophiles se sont invitées au conclave en appelant à privilégier certains cardinaux contre d'autres à ne pas élire pour, selon elles, avoir couvert ou minimisé le scandale des abus sexuels dans l'église.

 

"Si l'église élit un nouveau pape dont le bilan est maigre dans la lutte contre les prêtres pédophiles, cela voudra dire que rien n'a changé", affirme à l'AFP James Salt, directeur de l'association Catholics United, qui a appelé "tous les cardinaux entâchés par le scandale à se récuser du conclave".

 

Présente et très active depuis quelques jours à Rome, l'association américaine de victimes Snap a publié une liste de "12 salopards", dont des +papabili+ en vue comme le Canadien Marc Ouellet ou l'Italien Angelo Scola, qu'elle enjoint le conclave de ne pas élire, pour leur passivité, selon elle.


Au Mexique, des victimes ont recueilli près de 23.000 signatures contre la participation du cardinal Norberto Rivera qui, selon elles, a couvert les agissements de Marcial Maciel, mort en 2008, fondateur de la congrégation des Légionnaires du Christ, accusé de sévices sexuels sur mineurs.


En Belgique, elles ont dénoncé de la même manière la participation du cardinal Godfried Danneels qui "s'est tu", selon l'association Droits de l'Homme dans l'Eglise.


En Italie, une victime a dénoncé la présence du cardinal italien Domenico Calcagno, alors que les Américains de Catholics United demandaient au cardinal Roger Mahony de "rester à la maison", pour les mêmes raisons.


Ouvrir les dossiers du Vatican


"De nombreux cardinaux ont fait des déclarations minimisant le scandale", dit Becky Ianni, directrice pour Washington du Snap, "avec des remarques comme +C'est arrivé il y a longtemps+, +ce n'est pas un problème spécifiquement catholique+, +on a fait du bon boulot+ (dans la lutte contre le scandale) ou +ça ne concerne qu'un petit nombre de prêtres+".


"Ce genre de remarques ravive chaque fois la douleur des victimes", dit-elle.


Les États-Unis, où les associations sont très actives, ont été frappés par de retentissants scandales au cours de la dernière décennie et de nombreux sondages montrent que la question des prêtres pédophiles doit être, pour une forte majorité de catholiques américains, une priorité pour le nouveau pape.

 

"Pour la plupart des officiels, nous ne sommes pas des invités", dit David Clohessy, directeur du Snap présent à Rome, "mais pour de nombreux catholiques inquiets, nous sommes les bienvenus", dit-il.

Les "cardinaux peuvent soit nous entendre, soit entendre le bruit des portes que claquent les catholiques qui quittent l'église", ajoute M. Salt."

De nombreuses victimes ont estimé que Benoît XVI "n'a rien fait" et "malheureusement, le pire est sûrement à venir", ajoute le Snap pour qui "le scandale n'a pas encore été dévoilé dans la plupart des pays".


Le nouveau pape "devra agir immédiatement", dit Mme Ianni. "On a entendu dans le passé beaucoup de demandes de pardon, mais il n'y a pas eu beaucoup de changements. Le nouveau pape devra faire plus que parler. Il devra punir les évêques et les cardinaux qui ont couvert les abus sexuels. Il devra ouvrir les dossiers de Vatican", ajoute-t-elle.


L'association a même publié une liste des "moins pires" élus possibles, forte de trois noms: le cardinal philippin Luis Antonio Tagle, l'Autrichien Christoph Schonborn et l'archevêque irlandais Diarmuid Martin.


Interrogé à propos de la +liste noire+ des douze noms, le porte-parole du Vatican Federico Lombardi a indiqué à CNN que "ce n'était pas au Snap de décider qui participe au conclave et qui est choisi".


"Pour la plupart des officiels, nous ne sommes pas des invités", dit David Clohessy, directeur du Snap présent à Rome, "mais pour de nombreux catholiques inquiets, nous sommes les bienvenus", dit-il.

Les "cardinaux peuvent soit nous entendre, soit entendre le bruit des portes que claquent les catholiques qui quittent l'église", ajoute M. Salt."

Partager cet article

Repost 0

commentaires

  • : A Rebrousse-poil
  • A Rebrousse-poil
  • : Analyse de l'actualité politique, philosophique et artistique.
  • Contact