Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 février 2011 2 08 /02 /février /2011 08:41

En marge du récent  voyage en Tunisie d'une de nos autorités, nous vous proposons cette lecture singulière de l'événement.

Vous pouvez la retrouver sur le blog de notre ami Floréal. Outre cet article, nous vous conseillons  également celui sur Céline et la tribulation que les "grands" de la France ont failli nous procurer.

 

Les « vraies valeurs » s’effondrent, on ne cesse de le constater et de le déplorer tout à la fois. Et voilà qu’à leur tour le sens de l’amitié et la solidarité de classe se voient brocardés par des commentateurs aigris, des politiciens ambitieux, des amuseurs fielleux, des jaloux. Tout cela parce qu’une ministre de la République, souhaitant profiter de vacances méritées, a opté pour le covoiturage aérien, proposé par un ami cher et généreux.

 

Les déplacements de Mme Alliot-Marie dans le ciel tunisien lui sont reprochés au prétexte que dans le même temps le pays se trouvait en proie à un soulèvement populaire… qu’il était tout de même difficile d’apercevoir, avouons-le honnêtement, à trente mille pieds d’altitude !

 

La Tunisie de Ben Ali était une dictature ? Reconnaissons qu’il était difficile à Mme Alliot-Marie de percevoir la vraie nature de ce régime, qui avait échappé à ses supérieurs hiérarchiques, MM. Fillon et Sarkozy, et quand des personnalités de gauche aussi moralement indiscutables que Bernard Kouchner, Bertrand Delanoë et Dominique Strauss-Kahn l’ont défendu avec une telle fougue.

 

Mais cet acharnement, cette volonté de nuire, cette curée, en un mot, aura finalement porté ses fruits puisque notre ministre du Savoir-Faire répressif, notre VRP en gaz lacrymogène annonçait l’horreur des fins d’année à venir, pour elle, dans un propos proche du sanglot : « Je ne quitterai pas la Dordogne si ça continue comme ça. »

 

Et, bouleversés, l’on sentait bien, dans cet avenir morose annoncé, cette condamnation à la Dordogne à perpétuité, toute la détresse d’une femme ouverte au monde accablée à l’idée de passer les prochaines soirées de nouvel an dans un département au demeurant charmant, mais plutôt avare en caravanes de chameaux et déserts de sable. Noël en Périgord devenait, dans la voix meurtrie d’une femme de cette condition, aussi tragique qu’une semaine de juillet sur une plage de galets aux environs du Tréport, parmi des familles ouvrières aux enfants agités et bruyants. Vivre les douze coups de minuit à Périgueux ? L’enfer !

Ennemis des enfermements, quels qu’ils soient, nous neLes « vraies valeurs » s’effondrent, on ne cesse de le constater et de le déplorer tout à la fois. Et voilà qu’à leur tour le sens de l’amitié et la solidarité de classe se voient brocardés par des commentateurs aigris, des politiciens ambitieux, des amuseurs fielleux, des jaloux. Tout cela parce qu’une ministre de la République, souhaitant profiter de vacances méritées, a opté pour le covoiturage aérien, proposé par un ami cher et généreux.


Les « vraies valeurs » s’effondrent, on ne cesse de le constater et de le déplorer tout à la fois. Et voilà qu’à leur tour le sens de l’amitié et la solidarité de classe se voient brocardés par des commentateurs aigris, des politiciens ambitieux, des amuseurs fielleux, des jaloux. Tout cela parce qu’une ministre de la République, souhaitant profiter de vacances méritées, a opté pour le covoiturage aérien, proposé par un ami cher et généreux.

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

  • : A Rebrousse-poil
  • A Rebrousse-poil
  • : Analyse de l'actualité politique, philosophique et artistique.
  • Contact