Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 septembre 2010 1 27 /09 /septembre /2010 18:07

 

Logo_cnt_ait.jpgL'Association internationale des travailleurs, plus généralement connue sous les termes de Première Internationale, a pris naissance le 28 septembre 1864, lors d'un meeting tenu au Saint-Martin's Hall, à Londres. Les prémices de cette association eurent lieu durant l'Exposition universelle de Londres, en 1862. A cette occasion, des délégués ouvriers venant de plusieurs nations se rencontrèrent afin de comparer leurs conditions de travail respectives.

 

"Pas de droits sans devoirs, pas de devoirs sans droits"

(Préliminaires aux statuts de l'Internationale)

 

Un comité est constitué pour élaborer les statuts de l'association avec fonction d'agir comme un comité central provisoire. De retour dans leur pays, ces délégués sont chargés d'élire des correspondants. A Paris, la soixantaine de membres composant l'effectif de la future association nomment les camarades Tolain, ciseleur de profession, Fribourg, graveur, et Limousin, margeur d'imprimerie. Dès les premiers jours de l'année 1865, ils ouvrent un bureau à Paris (44, rue des Gravilliers) et déposent les statuts de la nouvelle société. L'article premier stipule : "Une association est établie pour procurer un point central de communication et de coopération entre les travailleurs des différents pays aspirant au même but, savoir : le concours mutuel, le progrès et le complet affranchissement de la classe ouvrière".

 

Les débuts restent particulièrement difficiles. L'argent manque et les calomnies pleuvent sur leurs membres, en particulier sur Tolain. Cela n'empêche pas les demandes d'adhésions d'affluer : plus de 7000 en quelques mois ! Cela permet la création, très rapide, de bureaux de correspondants en province.

 

Ce n'est qu'en septembre 1866, à Genève, que se déroule le premier congrès constitutif de l'association internationale. Une tenue rendue difficile par de multiples tracasseries policières. Ainsi, par exemple, la police impériale pratique le retrait des papiers d'identité des délégués anglais. De plus, celle-ci n'hésite pas à opérer des perquisitions régulières dans les locaux de la société... Mais revenons au congrès. Divers incidents et oppositions surgissent et émaillent les débats. Ils s'approfondiront lors des congrès de Lausanne (1867) et de Bâle (1868). Un clivage important s'installe entre les tenants d'une ligne autoritaire (le courant blanquiste) et les autres favorables à une ligne anti-autoritaire (les proudhoniens dont le russe Michel Bakounine). Ce dernier fait voter, par 54 voix pour et 4 contre, une déclaration précisant : "La propriété foncière est abolie, le sol appartient à la collectivité ; il est inaliénable", au grand dam des français Tolain et Langlois.

 

Cette cassure générée par les protagonistes des deux principaux courants de la pensée socialiste provoque une scission irrémédiable. Cette Internationale ne fait plus guère parler d'elle dans les années 1870... En juillet 1889, sous la pression de plusieurs partis socialistes, une deuxième internationale se constitue. Elle en engendrera une troisième puis une quatrième, fruits gâtés par les tensions internes qui secouent la famille socialiste autoritaire : SFIO, marxiste et trotzkyste.

 

L'A.I.T. aura été le premier et le grand projet d'organisation ouvrière qui envisageait l'émancipation totale de l'homme par l'homme. Bien que numériquement affaiblie, elle subsiste toujours. Encore récemment en France, la Confédération Nationale du Travail en était, sa composante principale (lire le commentaire ci-dessus).

 

cnt

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Eric 28/09/2010 08:24


Merci pour le lien vers ce bel article.

Une remarque concernant la fin : bien que restée fidèle à l'esprit de l'AIT de 1864, la CNT-f ne fait plus partie de l'organisation internationale qui aujourd'hui porte encore ce nom. Pour en
savoir plus,
voir cet article : http://www.cnt-f.org/spip.php?article12


  • : A Rebrousse-poil
  • A Rebrousse-poil
  • : Analyse de l'actualité politique, philosophique et artistique.
  • Contact