Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 avril 2010 5 30 /04 /avril /2010 13:47

Il serait bien présomptueux de ma part d'écrire ou plutôt de réécrire l'histoire du 1er mai. Parmi ceux qui s'y essayèrent, je me dois de signaler l'un d'entre-eux : Maurice Dommanget. Avec son Histoire du Premier mai, il reste, à mon avis et sans aucun doute possible, le meilleur ouvrage de référence sur la question*.

La vérité oblige à m'expliquer sur ce lien inattendu avec ce 1er mai 2010.

Cet événement se fit d'une façon très fortuite. Avant-hier, lors d'une randonnée dans un bois de ma région, le hasard des rencontres me mit face à un petit bout de papier insolite qui attira mon regard. Il était collé sur l'un de ces panneaux d'information qui balise et structure de plus en plus  notre pseudo éveil à la nature... Que venait-il faire sur ce panneau des plus "clean" ? Intrigué, je m'approchais afin de reconnaître l'intrus.

Reve-generale.jpg

Par une sorte de déclic ou de réflexe automatique, la relation se fit instantanément. Déjà, cela faisait pas mal d'années que ce 1er mai me dérangeait passablement dans ses formes traditionnelles, un peu comme ces panneaux forestiers ou ces balises peintes en rouge et blanc qui dirigent les parcours...

J'aime le rituel : à condition qu'il ne soit pas l'expression d'un simple moment répétitif parce que commémoratif. Ne faudrait-il pas concevoir un 1er mai qui ne soit plus cette fausse journée chômée, ponctuée par une cohorte de manifestations syndicales ? Pour moi, cette exhortation autocollée tombait à pic ! Elle me et elle nous convie à rester debout et à penser qu'un autre monde reste possible. Elle sonne comme un rappel fédérateur du concept d'Elisée Reclus : "L'anarchie est la plus haute expression de l'ordre". Hormis les utopistes, je cherche vainement quelque puissante force sociale et politique apte à nous emmener vers ce nouveau rêve, un rêve capable de bousculer enfin toutes les idées reçues, particulièrement conformistes ? Plus que jamais, nous avons besoin d'une aventure sociale accompagnée par de nouveaux aventuriers.

Mais mon entraînement au rêve fut de courte durée. Plus loin, sur un autre panneau, un second autocollant avait subi ses premières déchirures. Au moins et de façon rageuse, celui-là dérangea un-e de mes collègues marcheurs. L'ordre, vous dis-je, toujours l'ordre ! Mais – soyons zen - probablement une personne amoureuse à tout crin de la propreté des lieux publics. Sans doute ne sait-elle pas, ne sait-elle plus rêver... Pour elle et pour bien d'autres aussi, en ce jour mémorable, ne devrions-nous pas revendiquer un cours de promotion sociale : l'éducation au rêve ?

 

* Brièvement, rappelons que l'origine de cette journée s'établit en cette fin du XIXe siècle, alors que l'ère industrielle se trouve en pleine expansion sur le continent nord-américain et que la crise financière de 1873 s'abat sur la classe ouvrière de ce pays. L'agitation est à son comble. On y compte plus de 5.000 grèves et quelques 340.000 grévistes. Le 1er mai 1886, de grandes manifestations furent organisées. Les 3 et 4 mai, à Chicago, près de 8.000 grévistes manifestent devant les portes d'une usine afin de conspuer les "jaunes" qui s'y trouvent. Des coups de feu sont tirés par les forces de l'ordre. Ils font une cinquantaine de blessés et laissent six morts sur le pavé ! Six morts... six martyrs... qui, dès lors, feront du 1er mai "la" grande journée internationale des revendications et des luttes !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

berraud 03/05/2010 01:41


Bonjour Roland
Tu connais mon parti pris quant à ces fêtes commémoratives qui ont perdu toutes significations (Noël, 14 juillet, 1er mai...). Le 1er mai, c'est la fête du muguet, point-barre. Fête pétainiste. Qui
se souvent des martyrs (anarchistes) de Chicago ? des morts de Fourmies ?
Non, c'est la fête, instaurée par Pétain, la fête du muguet, la fête du bonheur.
Le 30 avril, j'étais à Carnac, en Bretagne (Morbihan). Dans un Super U, j'achetai un journal + une carte postale. On m'offrit un brin de muguet que je refusai, affirmant ne pas vouloir célébrer les
fêtes instaurées par Pétain. Sourires (plus que) mitigés dans la queue ! "Qu'est-ce que cet iconoclaste, ce gauchiste, ce con qui vient salir une si belle fête ! Mais "font chier les grévistes
!...) A quand remettre les pendule historiques du mouvement ouvrier à l'heure dans les cours d'"histoires" de l'Educastration nationale ? Récemment, sur un de "nos" blogs, nous eûmes droit à un
historique du 1er mai. J'eus aimé que les martyrs anarchistes de Chicago soient cités ; j'aurais aimé que soit rappelé que le muguet du 1er mai, remplaçant l'églantine (merci Fabre et ta
"bergère"...) fut une "fête" imposée par Pétain !

Adieu l'Histoire et revenons à ces "guerres infâmes"...
Courage, luttons, lutins que nous sommes ! JPB


03/05/2010 07:43



JPB, entièrement d'accord avec ton point de vue. Entre les oublis de l'histoire, les déformations tendancieuses  et les divers accommodements en tout genre avec cette journée de luttes,
comment s'étonner qu'elle ne représente plus qu'une journée chômée vidée de son sens premier ?


Salut et fraternité !


 



  • : A Rebrousse-poil
  • A Rebrousse-poil
  • : Analyse de l'actualité politique, philosophique et artistique.
  • Contact