Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 octobre 2011 1 10 /10 /octobre /2011 07:29

En ce lendemain de "Primaires socialistes" en vue de la prochaine élection présidentielle, j'ai envie de vous entretenir d'un personnage singulier au parcours étonnant. Tour à tour influencé par les idées anarchistes, Victor Méric commence par écrire dans le Libertaire. Il a toujours gardé de nombreux contacts avec les personnalités du mouvement. Incinéré au Père-Lachaise, l'oraison funèbre fut d'ailleurs prononcée par ses camarades du Libertaire.

 

10-octobre-Meric.jpgEn 1904, il contribue à la fondation de l'Association internationale antimilitariste. En 1905, il participe à l'affiche rouge apposée sur les murs de Paris appellant les conscrits à la désobéissance. Il est l'un des fondateurs du journal socialiste La guerre sociale (1906-1916) dirigé par Gustave Hervé, celui-là même qui le pousse à adhérer à la SFIO (Section française de l'Internationale socialiste) dans les années 1907-1908). Ensuite, après avoir vécu la rupture du congrès de Tours, il siège, de 1920 à 1922, au Comité directeur du Parti communiste. Il le quitte en raison de la discipline bolchévique qui règne dans ses rangs. Il s'oppose à ce qu'il dénomme la "centralisation de secte". Démission ou exclusion ? En tous les cas, en 1922 il n'est pas réélu à son Comité directeur. Il faut savoir également que le IVe Congrès de l'Internationale communiste impose l'exclusion de tous les membres de la Ligue des droits de l'homme à laquelle Victor Méric appartient.

En 1931, Méric crée la Ligue internationale des combattants de la Paix. Ce nouvel engagement ne dure que deux ans car, en ce 10 octobre 1933, la mort le surprend.

 

Journaliste, il écrit plusieurs ouvrages dont :

  • Le Bétail. Une pièce antimilitariste en un acte.

  • Opinions subversives de M. Clémenceau, chef du gouvernement.

  • Lettre à un conscrit, 1904.

  • Le Problème sexuel : libre maternité, fécondité, dépopulation , 1909. Il fut un fervent militant néo-malthusien.

  • Comment on fera la révolution, 1910.

  • Le Crime des Vieux , roman.

  • La Der des Der, roman,.

  • Quatre d'infanterie : front ouest, 1918.

  • Les Bandits tragiques, 1926. Il s'agit d'une excellente narration de l'épopée de la bande à Bonnot.

  • Les Compagnons de l'Escopette : roman de sac et de corde, 1930.

  • La Guerre qui revient : fraîche et gazeuse, 1932

Cet homme vécut la grande guerre et il a passé l'essentiel de sa vie à la dénoncer. Respect à cet homme engagé.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

  • : A Rebrousse-poil
  • A Rebrousse-poil
  • : Analyse de l'actualité politique, philosophique et artistique.
  • Contact