Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 mai 2011 2 10 /05 /mai /2011 18:15

 

Bien que le mois de mai fut celui de l'agonie de la Commune de Paris, ce fut aussi le mois, ne l'oublions pas, durant lequel eurent lieu d'importantes émeutes parisiennes, le 10 mai 1968 exactement.

 

Ce soir-là, pour la enième fois, Léo Ferré chantait au gala annuel du groupe libertaire Louise Michel. Ce soir-là, nous sentions bien qu'une ambiance particulièrement survoltée se diffusait imperceptiblement dans la foule qui se répandait dans les rues du Quartier latin. Vers minuit, à la sortie de la Mutualité, nombre d'entre-nous rejoignèrent les premiers groupements de manifestants qui se formaient. Une première barricade est érigée rue Gay-Lussac. La nuit fut particulièrement mouvementée. Au petit matin, les autorités recenseront près de 200 véhicules brûlés et quelque 370 blessés dont plus de 250 chez les forces de l'ordre.


10-mai1968.jpgLa superbe photo que vous voyez ici fit la "une" de nombreux journaux de l'époque. La jeune militante qui porte le drapeau noir a été, pendant un temps assez bref, membre du groupe libertaire Louise Michel de la Fédération Anarchiste.


Les événements de 1968 ont de loin dépassés ceux de 1936. Ils furent le résultat du malaise profond et multiforme d'une jeunesse étudiante et  ouvrière refusant l'ensemble des valeurs traditionnelles de la société française. Une constestation globale qui concernait l'autorité, le système économique de classes, la société de consommation, les moyens d'information aux ordres, l'hypocrisie des relations sexuelles ; bref, une contestation exprimant une véritable révolution culturelle n'ayant rien à voir, bien sûr, avec celle qui se déroulait en Chine.


Les célèbres solgans "Cours camarade, le vieux monde est derrière toi" ou bien "Sous les pavés, la plage" ne seront que de brèves incantations. Le vieux monde et plus particulièrement le mouvement syndical, en particulier la puissante CGT bien contrôlé par un parti communiste tout aussi puissant, affichera assez vite sa volonté de reprise du travail, empêchant toute possibilité d'extension des conflits.


Certains ont parlé des événements de 1968 comme d'une "révolution manquée". Effectivement, le mouvement fut puissant mais trop bref dans la durée. Toutefois, cette "révolution" laissera d'importantes traces indélébiles dans le fonctionnement de la société française.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Berraud 15/05/2011 09:35


Souvenirs, souvenirs... Merci !
MAIS : intervention de l'autorité autoiatairement orthographique (ou "conjugaliste" - élevtotarle ?) :ligne 4 : "nombre d'entre nous rejoignIrent les premiers groupements de manifestants..."
Amitié JPB


  • : A Rebrousse-poil
  • A Rebrousse-poil
  • : Analyse de l'actualité politique, philosophique et artistique.
  • Contact